Bilan

Swiss peine à se remettre de la crise du coronavirus

La compagnie nationale Swiss a de nouveau subi une lourde perte au premier semestre, en raison de la lente reprise du trafic aérien mondial toujours freiné par les restrictions liées à la pandémie de coronavirus. La filiale du groupe allemand Lufthansa a enregistré une "légère" reprise au deuxième trimestre, mais reste prudente pour la suite.


Sur les six premiers mois de l'année, le transporteur suisse a creusé sa perte d'exploitation à 398,2 millions de francs, après un résultat négatif de 266,4 millions un an plus tôt.

Crédits: DR

La compagnie nationale Swiss a de nouveau subi une lourde perte au premier semestre, en raison de la lente reprise du trafic aérien mondial toujours freiné par les restrictions liées à la pandémie de coronavirus. La filiale du groupe allemand Lufthansa a enregistré une "légère" reprise au deuxième trimestre, mais reste prudente pour la suite.

Sur les six premiers mois de l'année, le transporteur suisse a creusé sa perte d'exploitation à 398,2 millions de francs, après un résultat négatif de 266,4 millions un an plus tôt. Le chiffre d'affaires a pour sa part chuté de 43,5% à 659,3 millions, a-t-il annoncé jeudi.

Swiss a transporté environ 1 million de personnes au premier semestre, un chiffre en chute de 67,5% comparé aux six premiers mois de 2020. A noter que les deux premiers mois de l'année passée n'avaient pas encore été freinés par la pandémie de Covid-19. Le nombre de vols réalisés a donc également fortement baissé (-56%), tout comme le coefficient de remplissage des avions (-37,8 points).

Ces chiffres ne constituent pas une surprise, puisqu'en mai la direction avait déjà averti qu'elle allait subir une nouvelle perte au deuxième trimestre, après un résultat négatif de 201 millions au premier partiel. Entre avril et fin juin, Swiss a ramené sa perte d'exploitation à -197,2 millions.

"La légère embellie constatée ces dernières semaines ne doit pas cacher le fait que la situation est extrêmement tendue en raison de l'évolution toujours imprévisible de la pandémie", a averti le directeur général de Swiss, Dieter Vranckx.

Premiers signaux positifs


Swiss a néanmoins affiché des signes de reprise. Les deux tiers de sa flotte sont de nouveau en service et à fin juin la compagnie aérienne desservait plus de 90% des destinations proposées avant la pandémie, mais avec des fréquences réduites.

Le directeur financier Markus Binkert a ajouté que l'entreprise a été en mesure de générer un flux de trésorerie d'exploitation positif au deuxième trimestre. "Nous nous attendons actuellement à ne pas avoir à prélever plus d'environ la moitié du prêt bancaire" garanti par la Confédération, a-t-il souligné.

Pour l'ensemble de l'année, la compagnie aérienne table sur des capacités équivalent à 40% de 2019.

Swiss ambitionne de renouer avec la rentabilité en 2023, grâce à une réduction de 20% de ses effectifs et de 15% de sa flotte comparé à 2019, avait-elle déclaré mi-juin. La société est néanmoins parvenue à amortir le choc au niveau du personnel, en ramenant les licenciements à 550 sur les 780 envisagés en mai. L'objectif d'économies de 500 millions de francs a été confirmé.

La maison-mère Lufthansa a pour sa part réduit sa perte d'exploitation à 2,1 milliards d'euros sur les six premiers mois, après un Ebit négatif de 3,5 milliards au premier semestre 2020. Le groupe allemand table sur une "évolution positive" de la demande en voyages en Europe au deuxième semestre et une reprise continue pour les voyages d'affaires.

Les marchés devraient s'ouvrir davantage en seconde partie d'année, notamment vers les Etats-Unis dès la fin de l'été et vers l'Asie en fin d'année.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."