Bilan

Swatch n'est pas en crise mais dans une "situation exceptionnelle"

Nick Hayek évoque un contexte qui fait apparaître "beaucoup plus d'opportunités que de risques" pour le second semestre, et défend sa stratégie face aux critiques.

"Les taux de change ont un impact immédiat. On sent que nos produits sont demandés", assure Nick Hayek.

Crédits: Keystone

Pour le directeur général (CEO) de Swatch, le groupe n'est pas "en crise", mais traverse actuellement une "situation exceptionnelle". Dans une interview parue vendredi dans "Le Temps", Nick Hayek se montre confiant pour le second semestre, évoquant un contexte qui fait apparaître "beaucoup plus d'opportunités que de risques", et défend sa stratégie face aux critiques.

Après avoir bouclé le premier semestre sur un recul de 12% des ventes et un bénéfice net en chute libre, l'horloger biennois devrait être en mesure de ramener la contraction entre -4 et -6% "si on arrive à faire croître les ventes de 3% à 4% sur la deuxième partie de l'année", selon son patron.

Il évoque notamment la situation au Royaume-Uni, où les ventes ont "explosé" ces trois dernières semaines suite à la dévaluation de la livre sterling, de +25% à +47% sur un an selon les marques du groupe. "Les taux de change ont un impact immédiat. On sent que nos produits sont demandés", assure Nick Hayek.

Concernant le cours de la nominative, qui a perdu plus de la moitié de sa valeur au cours des trois dernières années, le CEO ne mâche pas ses mots: "Et alors? Nous vendons des montres, pas des actions. Un jour ça monte, un jour ça descend". Il qualifie l'activité boursière de "grand casino" et affirme que Swatch n'a pas à changer sa stratégie "parce que l'action recule de 6% ou 7%".

Le groupe, qui se targue de maintenir touts ses emplois en Suisse, n'a pas eu recours au chômage partiel, souligne Nick Hayek. "On pourrait tout à fait l'introduire à certains endroits, mais alors Swatch Group devrait recourir à de l'argent de l'Etat et ce n'est absolument pas justifié", estime-t-il.

Le patron juge "encourageantes" les prévisions pour les manufactures du groupe au vu des premiers résultats des ventes en juillet.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."