Bilan

Swatch maintient sa stratégie et prévoit d'investir jusqu'à 500 millions

Swatch maintient sa stratégie pour l'ouverture de nouvelles boutiques, après avoir ouvert 100 emplacements l'année dernière, a indiqué jeudi Nick Hayek.

M. Hayek est aussi revenu sur le franc fort. "C'est notre plus grand souci. Pas pour Swatch, mais pour l'économie suisse, le tourisme par exemple", a-t-il estimé.

Crédits: AFP

Swatch maintient sa stratégie pour l'ouverture de nouvelles boutiques, après avoir ouvert 100 emplacements l'année dernière, a indiqué jeudi Nick Hayek, directeur général de l'horloger biennois. Le patron a également confirmé les objectifs de croissance pour 2016, disant viser "5% à 10% de croissance en monnaies locales".

Les investissements devraient varier dans une fourchette de 400 mio à 500 mio CHF pour 2016. Le CEO a également souligné que le secteur des montres connectées était une opportunité pour le groupe. "On a les marques et on réfléchit" à une stratégie, a-t-il dit, en réfutant toutefois d'être en compétition avec notamment Apple.

La montre Swatch permettant d'effectuer des paiements via la technologie NFC et lancée en janvier en Chine marche bien, a ajouté le patron. La Suisse, les Etats-Unis et le Brésil seront les prochains marchés où le modèle devra être lancé.

Les ventes des premiers mois de l'année ont connu des hauts et des bas, a ajouté le chef. "La consommation dans nos propres boutiques est intacte mais les détaillants sont conservatifs à cause de l'hystérie qui règne sur les marchés financiers", a-t-il expliqué, comparant la situation à 2003 et 2009.

M. Hayek est aussi revenu sur le franc fort. "C'est notre plus grand souci. Pas pour Swatch, mais pour l'économie suisse, le tourisme par exemple", a-t-il estimé, lors de la conférence de presse annuelle du groupe à Bienne. Le groupe a évalué à environ 4 mrd CHF les pertes subies entre 2010 et 2015 à cause des fluctuations des taux de change.

Au niveau des marques de l'horloger, Swatch était celle ayant le plus souffert du renchérissement du franc suisse, car étant en compétition avec les japonais notamment.

Concernant la vente en ligne des montres, Marc Hayek, a fait observé qu'il était important que de développer ce canal de distribution pour le groupe, mais pas dans le segment haut gamme comme Breguet ou Blancpain. Les personnes qui achètent ce genre de montres attendent un service adéquat, a affirmé celui qui dirige les marques de prestige de Swatch.

Selon Marc Hayek, Harry Winston, maison sous sa direction connaissait une croissance encore relativement petite par rapport à son potentiel. "C'est une marque profitable mais on cherche pas les volumes" a assuré Nick Hayek avant d'ajouter que les gains les plus importants étaient générés des marques produisant de plus grands volumes comme Omega, Longines et Tissot.

Nick Hayek a aussi souligné l'importance de meilleurs batteries et le travail de sa filiale Renata, active dans ce secteur. Et son directeur générale, Stefan Pfrommer a notamment mis en exergue les batteries fabriquées par la société pour les objets connectés.

Début février, le groupe horloger avait publié ses résultats annuels. En 2015, le bénéfice net a chuté de 21% à 1,12 mrd CHF. Le résultat opérationnel (Ebit) s'est établi à 1,45 mrd CHF, en baisse de 17%, et la marge opérationnelle s'est inscrite à 17,2% contre 20,1% en 2014. Le chiffre d'affaires s'est tassé de 3% à 8,45 mrd CHF et de 0,9% à taux de change constant.

Objectif jugé optimiste

Pour 2016, Swatch vise une croissance des recettes de 5% à 10% en monnaies locales. Cet objectif est cependant qualifié d'optimiste par les analystes. Swatch avait aussi souligné avoir engrangé une solide progression au mois de janvier, notamment en Chine continentale.

Quant aux exportations horlogères suisses, elles se sont de nouveau inscrites en baisse en janvier. Hong Kong et les Etats-Unis ont particulièrement pesé et tous les principaux segments de prix se sont repliés. Les ventes à l'étranger de l'industrie horlogère helvétique se sont établies à 1,52 mrd CHF en janvier. Cela représente une baisse de 7,9% sur un an au niveau nominal et de 10% en terme réel.

Les exportations poursuivent ainsi leur tendance baissière entamée en 2015. En décembre, elles avaient enregistré un recul de 3,8%, en novembre de 5,6% et en octobre de 12%. L'exercice 2015 s'était clôturé par une baisse de 3,3%.

A la Bourse suisse, l'action Swatch engrangeait 0,9% à 367,80 CHF à 15h15, faisant mieux que le SMI en progression de 0,47%.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."