Bilan

Swatch en baisse après des résultats inférieurs aux attentes

Le titre du groupe horloger Swatch démarrait la séance de jeudi sur un repli à la Bourse suisse, après la publication de résultats annuels inférieurs aux attentes.

Au niveau de la rentabilité, la perte nette s'est inscrite à 53 millions de francs, contre un bénéfice net de 748 millions il y a un an.

Crédits: Keystone

Les ventes ont diminué de 32,1% à 5,6 milliards, soit un repli de 28,7% hors effets de change. Au niveau de la rentabilité, la perte nette s'est inscrite à 53 millions de francs, contre un bénéfice net de 748 millions il y a un an. Le bénéfice opérationnel (Ebit) s'est établi à 52 millions après 1,02 milliard et la marge afférente est de 0,9% contre 12,4% en 2019.


Les ventes ont diminué de 32,1% à 5,6 milliards, soit un repli de 28,7% hors effets de change. Au niveau de la rentabilité, la perte nette s'est inscrite à 53 millions de francs, contre un bénéfice net de 748 millions il y a un an. Le bénéfice opérationnel (Ebit) s'est établi à 52 millions après 1,02 milliard et la marge afférente est de 0,9% contre 12,4% en 2019.

Le conseil d'administration proposera un dividende par porteur en baisse à 3,50 francs contre 5,50 francs, a annoncé l'entreprise.

A 9h51, la porteur cédait 2,4% à 246,80 francs dans un marché SMI en baisse de 1,47%, selon les indications avant-bourse de Julius Bär.

Avec des ventes en recul de 32%, Swatch a "une fois encore" sous-performé par rapport aux exportations horlogères suisses qui elles ont reculé de 22%, fait remarquer la banque Vontobel. L'analyste René Weber salue toutefois le fait que le résultat opérationnel soit positif et qu'un dividende sera distribué aux actionnaires malgré la perte nette.

Il s'attend à ce que la situation se redresse mais il juge les objectifs du groupe pour 2021 "très optimistes". Le propriétaire de la marque Omega espère réaliser en 2021 des recettes proches de 2019, avec des marges nettement supérieures.

"Le groupe est connu pour ses prévisions optimistes", relève également l'analyste Patrick Schwendimann de la Banque cantonale de Zurich. Swatch, comme attendu a enregistré une baisse organique des recettes plus importante que Richemont et LVMH (-16% chacun) sur les 12 derniers mois, en raison de ses marques horlogères en entrée et milieu de gamme.

La ZKB note aussi que comme LVMH, Swatch a pu améliorer son bénéfice opérationnel au 2e semestre, par rapport aux six premiers mois, grâce aux réductions de coûts au niveau des dépenses marketing et aux dédommagements liés au chômage partiel. Dans l'ensemble, il qualifie de "neutre" les résultats publiés.

UBS pour sa part met en évidence le fait que le bénéfice opérationnel au 2e semestre est au-dessus de ses attentes. L'analyste pointe cependant du doigt le haut niveau des stocks.

lk/ck



A 9h51, la porteur cédait 2,4% à 246,80 francs dans un marché SMI en baisse de 1,47%, selon les indications avant-bourse de Julius Bär.

Avec des ventes en recul de 32%, Swatch a "une fois encore" sous-performé par rapport aux exportations horlogères suisses qui elles ont reculé de 22%, fait remarquer la banque Vontobel. L'analyste René Weber salue toutefois le fait que le résultat opérationnel soit positif et qu'un dividende sera distribué aux actionnaires malgré la perte nette.

Il s'attend à ce que la situation se redresse mais il juge les objectifs du groupe pour 2021 "très optimistes". Le propriétaire de la marque Omega espère réaliser en 2021 des recettes proches de 2019, avec des marges nettement supérieures.

"Le groupe est connu pour ses prévisions optimistes", relève également l'analyste Patrick Schwendimann de la Banque cantonale de Zurich. Swatch, comme attendu a enregistré une baisse organique des recettes plus importante que Richemont et LVMH (-16% chacun) sur les 12 derniers mois, en raison de ses marques horlogères en entrée et milieu de gamme.

La ZKB note aussi que comme LVMH, Swatch a pu améliorer son bénéfice opérationnel au 2e semestre, par rapport aux six premiers mois, grâce aux réductions de coûts au niveau des dépenses marketing et aux dédommagements liés au chômage partiel. Dans l'ensemble, il qualifie de "neutre" les résultats publiés.

UBS pour sa part met en évidence le fait que le bénéfice opérationnel au 2e semestre est au-dessus de ses attentes. L'analyste pointe cependant du doigt le haut niveau des stocks.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."