Bilan

Sprint final pour la fusion entre Holcim et Lafarge

La fusion programmée entre les deux cimentiers Holcim et Lafarge entre dans sa dernière ligne droite. Les grands actionnaires se sont déjà proclamés en faveur de ce mariage de géants.

Les grands actionnaires se sont déjà proclamés en faveur de ce mariage de géants. Les quelque 49'000 petits actionnaires de Holcim risquent cependant de faire de la résistance, face à ce que certains perçoivent comme la disparition d'un fleuron national.

Crédits: Keystone

La fusion programmée entre les deux cimentiers Holcim et Lafarge entre vendredi dans sa dernière ligne droite, avec l'assemblée générale extraordinaire du groupe helvétique. Les grands actionnaires se sont déjà proclamés en faveur de ce mariage de géants. Les quelque 49'000 petits actionnaires de Holcim risquent cependant de faire de la résistance, face à ce que certains perçoivent comme la disparition d'un fleuron national.

Les trois actionnaires de référence: Thomas Schmidheiny, qui détient 20,1% de Holcim, Filaret Galtchev (10,8%) et le fonds d'investissement américain Harris Associates (6,4%) se sont rangés en faveur de cette opération. Les autres institutionnels devraient aussi adouber la fusion, après l'opinion positive émise par le cabinet de conseil ISS.

Parmi ces derniers se trouvent Northern Cross, avec une participation de 3,43%, Blackrock (3,44%), Vanguard (1,06%), T. Rowe Price (1,35%), UBS (0,76%) et Credit Suisse (0,70%).

Le rapprochement, annoncé en avril 2014, devait être une fusion "entre égaux" comme l'ont martelé les deux groupes depuis des mois. Le projet initial prévoyait en effet un échange d'actions Lafarge en nouvelles actions LafargeHolcim dans un rapport de 1:1. Mais face à la fronde de certains actionnaires - notamment Thomas Schmidheiny et la fondation Ethos - les parties ont convenu fin mars que 9 actions Holcim correspondront à 10 actions Lafarge.

Le PDG du groupe français Bruno Lafont, qui devait prendre la direction générale de la future entité, se contentera désormais de la co-présidence, aux côtés du président actuel de Holcim Wolfgang Reitzel. Le poste de directeur général a été attribué à Eric Olsen, un cadre dirigeant de Lafarge.

L'actionnaire Eurocement, de l'investisseur russe Filaret Galchev, s'est finalement engagé en faveur de la fusion, en échange d'un siège au conseil d'administration de LafargeHolcim.

A l'assemblée générale extraordinaire de Holcim, qui se tiendra vendredi à Zurich, les actionnaires devront voter sur l'augmentation de capital nécessaire à la fusion. Dans le détail, le groupe prévoit une augmentation ordinaire du capital d'un maximum de 528,5 mio CHF jusqu'à 1,2 mrd CHF par l'émission de 264,2 mio nouvelles actions nominatives d'une valeur nominale de 2 CHF.

Cette opération permettra de créer les nouvelles actions nécessaires à l'acquisition des titres de Lafarge dans le cadre de l'offre d'échange. Deux tiers ou 66,6% des voix présentes doivent approuver ce point afin qu'il soit validé.

CHIFFRE D'AFFAIRES COMBINÉ DE 33 MRD CHF

Le conseil d'administration propose également la création de capital autorisé d'un montant inférieur ou égal à 264,2 mio CHF. Sous condition que les actionnaires de Lafarge acceptent à 95% l'offre d'échange de leurs titres pour de nouveaux titres, le capital autorisé pourra être utilisé pour la procédure de retrait obligatoire.

La création de capital autorisé servira aussi à verser un dividende en actions aux actionnaires de la nouvelle entité.

Bertrand Collomb (président d'honneur de Lafarge), Philippe Dauman (Viacom), Paul Desmarais Jr. (Pargesa), Oscar Fanjul (Omega Capital), Gérard Lamarche (Groupe Bruxelles Lambert), le PDG de Lafarge Bruno Lafont et Nassef Sawiris (Orascom Construction Industries) sont proposés à l'élection au conseil d'administration du nouveau groupe, sous condition de l'acception de l'offre d'échange. M. Lafont doit prendre la co-présidence avec M. Reitzle.

Les feux verts des autorités de la concurrence étaient également nécessaire à l'aboutissement de la fusion. Holcim et Lafarge ont obtenu mardi les dernières autorisations nécessaires aux Etats-Unis et au Canada. Bruxelles avait déjà accordé son feu vert fin avril. La finalisation de l'opération reste agendée au mois de juillet.

Si l'opération de fusion devait aboutir, les actionnaires de Holcim détiendront 55,31% et ceux de Lafarge le solde du groupe fusionné. Le chiffre d'affaire de LafargeHolcim, qui emploiera environ 116'000 personnes, est évalué à 33,1 mrd CHF, le résultat d'exploitation à 4,1 mrd et le bénéfice net attribuable aux actionnaires à 1,67 mrd.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."