Bilan

Salt: la prochaine gamme d'abonnements suscite l'étonnement

Comparis ne parvient pas à déterminer à quel type de clients les nouveaux abonnements sont destinés. Le comparateur en ligne juge l'offre onéreuse.

La nouvelle identité d'Orange, Salt, a été présentée ce jeudi.

Crédits: Dr

Le comparateur en ligne Comparis juge onéreuse la nouvelle gamme d'abonnements proposée par l'opérateur de télécommunication Salt, qui s'appelait jeudi encore Orange Communications. La société zurichoise avoue ne pas parvenir à déterminer à quel type de clients les nouveaux abonnements sont destinés, dans un communiqué publié vendredi.

La gamme "Pass" sera lancée au 1er juin. "Il est inhabituel d'exiger des souscripteurs les frais de base pour une année complète", s'étonne Ralf Beyeler, cité dans le communiqué. "Pour la plupart des clients, les offres existantes sont plus intéressantes", note encore l'expert maison en télécommunications.

Le nouveau classement réalisé par Comparis place certes toujours Salt en troisième position des opérateurs les moins onéreux, derrière M-Budget et UPC Cablecom, quelle que soit le degré d'utilisation, mais ne s'attelle qu'aux abonnements déjà sur le marché. L'offre Pass est en revanche jugée nettement moins avantageuse que les offres illimitées proposées par la concurrence.

Il faudra débourser 999 CHF pour décrocher un Swiss Pass, sans offre pour un nouvel appareil. La souscription donnera droit à des appels, une navigation et des messages illimités en Suisse ainsi que vers certains pays.

La version excluant les frais d'itinérance sera facturée 1199 CHF. Jeunes et retraités pourront profiter de version allégées de respectivement 300 et 200 CHF. Moyennant 500 CHF supplémentaires, les clients pourront s'offrir un nouvel appareil, d'une valeur maximale de 800 CHF.

BAPTÈME RENTABLE

La nouvelle grille tarifaire a été dévoilée jeudi soir dans la foulée du changement de raison sociale de l'opérateur. La nouvelle dénomination ne constitue toutefois pas une surprise, le nouveau nom ayant été largement ébruité sur les réseaux sociaux.

Le nouveau nom permettra d'économiser les frais de licence de l'ordre de 20 mio CHF par an, que l'entreprise avait jusqu'à présent dû payer pour l'appellation Orange, héritée du premier propriétaire France Télécom.

Le directeur général (CEO) Johan Andsjö avait au préalable douché dans la presse dominicale les espoirs de voir un regain de concurrence sur les prix entre les divers acteurs du secteur.

"Nous n'avons jamais eu de grande ambition de changer nos offres. Les offres qui sont aujourd'hui populaires changent seulement de nom. Il n'y a pas de changement important du côté des tarifs", a précisé le CEO dans un entretien à AWP. L'ex-Orange "ne pourra jamais battre Swisscom partout et en même temps, mais si nous nous concentrons sur la meilleure offre mobile", l'opérateur sera en mesure de concurrence le géant bleu, a-t-il indiqué.

Interrogé sur le lancement éventuel d'une offre "triple-play", à l'instar de la Freebox française ou des concurrents suisses Swisscom, Sunrise et upc Cablecom, M. Andsjö a refusé de commenter.

Mi-décembre 2014, la société de participation britannique Apax a annoncé la vente d'Orange Suisse à NJJ Capital, holding de Xavier Niel pour 2,8 mrd CHF. Cela représente une plus-value de 800 mio pour Apax. Ce dernier avait acquis Orange Suisse en février 2012 auprès de France Télécom.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."