Bilan

Salt choisit un ancien de Google Suisse comme directeur

Andreas Schönenberger, un ancien dirigeant de Google Suisse, entrera en fonction le 15 mars en tant que directeur général (CEO) de Salt.

L'actionnaire principal, le magnat français Xavier Niel, se réjouit de la future collaboration qui permettra de mettre en oeuvre de la "stratégie de croissance rentable et d'innovation en Suisse".

Crédits: keystone

Le conseil d'administration de Salt Mobile a nommé Andreas Schönenberger, un ancien dirigeant de Google Suisse, en tant que directeur général (CEO), l'entrée en fonction est prévue le 15 mars 2016. Le nouveau CEO aura notamment pour responsabilité de renforcer l'équipe de direction, a indiqué l'entreprise de télécommunication lundi.

M. Schönenberger prendra la suite du Suédois Johan Andsjö, qui a démissionné avec effet immédiat fin 2015 et a été remplacé à titre intérimaire par le Français Pierre-Alain Allemand. Actuel président de la swiss mobile association (smama), le nouveau CEO dispose d'une solide connaissance du marché de la téléphonie suisse. D'ici le 15 mars, il quittera son poste de membre du conseil d'administration de mobilezone qu'il occupe depuis deux ans.

Né en 1965, titulaire d'un doctorat en physique théorique de l'Université de Zurich et d'un MBA de la London Business School, Andreas Schönenberger a occupé plusieurs fonctions de direction, notamment en tant que directeur général chez Google Suisse, et exercé plusieurs mandats dans des conseils d'administration, entre autres celui de Publigroupe.

Actionnaire principal de Salt, le magnat français Xavier Niel se réjouit de la future collaboration qui permettra de mettre en oeuvre de la "stratégie de croissance rentable et d'innovation en Suisse".

Cette nomination illustre la volonté de M. Niel de faire de Salt "une société suisse dirigée par des Suisses", selon des propos tenus sur le blog "high-tech & telecom" de Xavier Studer. Le groupe ambitionne de se développer outre-Sarine en prenant en compte les demandes locales.

Mi-juin 2015 l'opérateur s'est séparé de la moitié de son équipe dirigeante. Matthias Hilpert (directeur commercial), Yann Leca (directeur financier) et Tonio Meier (directeur des opérations clients) ont décidé de quitter l'entreprise "de leur plein gré". Une vague de départs suivie par la démission à fin 2015 du CEO suédois Johan Andsjö, en poste depuis octobre 2012.

Les analystes de Vontobel soulignent que le nouveau CEO devra améliorer la performance opérationnelle, notamment en réorganisant les activités du groupe et en réduisant l'externalisation de manière significative. Xavier Niel prévoit d'investir 100 mio CHF dans l'amélioration du réseau téléphonique afin de réduire l'écart qui sépare Salt de Swisscom.

La banque zurichoise maintient ses recommandations inchangées pour les concurrents Swisscom (hold) et Sunrise (buy).

Vers 09h25, dans un SMI en légère baisse (-0,37%) le titre Swisscom évoluait à son cours de clôture de vendredi (489,00 CHF), alors que Sunrise prenait 0,7% à 58,75 CHF.

L'opérateur Orange avait été racheté fin 2014 pour 2,8 mrd CHF au britannique Apax par NJJ Capital, la holding aux mains de M. Niel et rebaptisé "Salt" en avril dernier. En Suisse, le groupe basé à Renens emploie environ 900 personnes, dont 300 dans le service d'appui.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."