Bilan

Saint-Gobain maintient son projet de prise de contrôle de Sika

Saint-Gobain maintient son projet de prise de contrôle de Sika, malgré l'opposition d'une partie du conseil d'administration du groupe de Baar et un bras de fer engagé devant la justice zougoise.

En décembre 2014, Saint-Gobain a conclu un contrat proposant 2,75 milliards de francs aux membres de la famille du fondateur de Sika pour racheter leurs parts.

Crédits: AFP

Saint-Gobain maintient son projet de prise de contrôle de Sika, malgré l'opposition d'une partie du conseil d'administration du groupe de Baar et un bras de fer engagé devant la justice zougoise, a indiqué lundi le patron du groupe français Pierre-André de Chalendar dans une lettre aux collaborateurs.

"Nous maintenons inconditionnellement notre projet, car nos sommes persuadés de sa légitimité et (...) des avantages pour Sika et Saint-Gobain", a précisé le PDG du groupe de construction français, alors que la société suisse dévoile mardi ses ventes au premier trimestre et organise son assemblée générale.

M. de Chalendar a ajouté "admirer la performance de Sika, la qualité élevée de ses produits et la compétence de son équipe". Le deux groupes sont complémentaires "à tous les niveaux", a-t-il insisté, précisant que l'opération dégagerait des synergies "importantes" et une "forte valeur ajoutée", sans la chiffrer.

"Nous avons les moyens et l'ambition d'accélérer le développement de Sika", tout en "préservant l'identité de Sika", a encore dit le responsable français. Ce dernier s'est engagé à ne pas procéder à des restructurations et des licenciements au terme de la transaction.

Décision de justice cet été

Sika doit conserver son siège social en Suisse et rester coté à la Bourse helvétique, a-t-il poursuivi.

Le groupe de Baar avait appelé mi-mars ses actionnaires à rejeter la nomination de Jacques Bischoff, candidat de la holding familiale SWH, au conseil d'administration à l'assemblée générale du 12 avril. Le groupe de spécialités chimiques a par contre proposé la réélection des administrateurs sortants, opposés à la prise de contrôle par Saint-Gobain.

Début avril, un groupe d'actionnaires de Sika - Cascade Investment, Columbia Threadneedle, Fidelity International et la Fondation Bill & Melinda Gates - a renouvelé son soutien aux dirigeants du chimiste du bâtiment et sa méfiance quant à l'entrée dans son capital du groupe français.

Le bras de fer autour de la prise de contrôle de Sika par Saint-Gobain risque en tout cas de se prolonger, avec l'allongement de l'accord entre le groupe français et la famille Burkard.

En décembre 2014, Saint-Gobain a conclu un contrat proposant 2,75 mrd CHF aux membres de la famille du fondateur de Sika pour racheter leurs parts. Celles-ci, détenues via la holding familiale SWH, se montent à 16,1% du capital et 52,4% des droits de vote.

Mais les dirigeants et une partie du conseil d'administration de Sika rejettent catégoriquement ce projet de prise de contrôle, estimant qu'elle manque de logique industrielle. Une décision de première instance du tribunal de Zoug est attendue d'ici l'été sur la limitation des droits de vote de la famille du fondateur.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."