Bilan

Safran et Rolls-Royce décrochent à cause de craintes d'enquête européenne

Les actions Safran et Rolls-Royce décrochaient après que la Commission européenne se soit penchée sur une distorsion de concurrence dans la maintenance aéronautique.

Le britannique Rolls-Royce fabrique entre autres le moteur Trent XWB qui équipe l'A350 d'Airbus et le français Safran produit, dans le cadre d'une coentreprise avec l'américain General Electric, le CFM56 qui équipe les actuels Airbus A320 et Boeing 737.

Crédits: Reuters

Les actions Safran et Rolls-Royce décrochaient aux Bourses de Paris et Londres lundi, après la publication d'un article du "Financial Times" affirmant que la Commission européenne se penchait sur une éventuelle distorsion de concurrence dans le secteur de la maintenance aéronautique.

Le titre Safran chutait de 3,75% à 68,34 euros vers 10H00 GMT et celui de Rolls-Royce cédait dans le même temps 4,37% à 722,50 pence. Les deux valeurs étaient en queue de peloton de leurs indices respectifs, CAC 40 et FTSE 100.

Le FT a affirmé que les autorités européennes s'étaient adressées aux compagnies aériennes et à leurs fournisseurs, notamment aux fabricants de moteur Rolls-Royce et Safran, pour déterminer si les tarifs des services de maintenance associés à la fourniture d'équipement étaient trop élevés en raison d'une trop faible concurrence.

Le britannique Rolls-Royce fabrique entre autres le moteur Trent XWB qui équipe l'A350 d'Airbus et le français Safran produit, dans le cadre d'une coentreprise avec l'américain General Electric, le CFM56 qui équipe les actuels Airbus A320 et Boeing 737.

Aucune enquête formelle n'a été ouverte à Bruxelles jusqu'à présent, mais un porte-parole de la Commission, Ricardo Cardoso, a confirmé à l'AFP que l'exécutif européen étudiait "en détail les conditions de la concurrence dans la maintenance des moteurs et composants des grands avions commerciaux".

"Si elle est confirmée, l'enquête pourrait avoir un impact majeur sur les perspectives de rentabilité du secteur, les services étant considérés comme un marché captif pour les fournisseurs de moteurs", c'est-à-dire un marché sans réelle concurrence, a prévenu dans une note Christophe Ménard, analyste chez Kepler Cheuvreux.

"Cette enquête potentielle montre que les prestataires indépendants de service de maintenance et réparation de moteurs pourraient avoir de beaux jours devant eux", a-t-il ajouté.

Dans le cas particulier de Rolls-Royce, ces informations renforçaient les craintes de voir le groupe industriel procéder à un nouvel avertissement sur résultat.

"Il y a des spéculations sur le fait que Rolls-Royce pourrait avoir dans sa manche un nouvel avertissement sur résultat, qui serait le quatrième depuis le début 2014", a expliqué Rebecca O'Keeffe, responsable des investissements à la maison de courtage Interactive Investor.

Le groupe britannique, qui vient d'annoncer la suppression d'un maximum de 400 emplois supplémentaires dans sa division marine, doit publier ses résultats trimestriels le 12 novembre.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."