Bilan

Reyl veut créer une banque numérique pour clients aisés

Afin d'attirer une clientèle fortunée plus jeune, le groupe Reyl travaille sur un projet de banque numérique, Alpian, pour lequel elle a déjà levé quelque 12 millions de francs. Fondée en octobre, la jeune pousse a déposé une demande de licence de bancaire auprès du gendarme financier Finma et devrait être opérationnelle au premier ou au deuxième trimestre 2021.

Basée à Carouge, la banque en devenir est développée de manière indépendante depuis 18 mois, avec l'apport récent d'investisseurs externes.

Crédits: Keystone

Basée à Carouge, la banque en devenir est développée de manière indépendante depuis 18 mois, avec l'apport récent d'investisseurs externes. Une décision stratégique, selon Pasha Bakhtiar, associé du groupe Reyl. «C'est beaucoup plus simple pour nous de mettre en place une telle structure, avec une approche 'start-up', plutôt que de faire cela au sein de la banque», explique-t-il à AWP.

Le projet semble avoir soulevé de l'enthousiasme, puisque la première ronde de financement en janvier a été sursouscrite, avec un montant levé de 12,2 millions de francs. Ces investisseurs suisses et européens détiennent environ 25% du capital-actions d'Alpian, société contrôlée par Reyl et ses associés. Un autre quart est réservé au plan de participation des principaux dirigeants qui vont porter le projet, dont le directeur général de la future banque numérique Schuyler Weiss.

Ce projet «d'incubation» va nécessiter de nouvelles levées de fonds dans les 12 à 24 prochains mois, ce qui va diluer les positions, prévient M. Bakhtiar. «L'objectif à terme pour le groupe Reyl sera de déconsolider Alpian et de maintenir une participation minoritaire», affirme celui qui préside la nouvelle société et en assure le pilotage stratégique.

Rentable en 2023 ou 2024


Les moyens actuels à disposition d'Alpian lui permettront de fonctionner jusqu'au deuxième trimestre 2021. Une nouvelle ronde de financement est attendue d'ici septembre prochain, au plus tôt. La Finma devrait exiger des fonds à hauteur de 15-20 millions pour octroyer la licence.

Avec cette nouvelle banque, Reyl entend proposer davantage qu'une simple offre numérique supplémentaire, explique Pasha Bakhtiar. Ce dernier relativise d'ailleurs les effort nécessaires, notamment pour décrocher une nouvelle licence bancaire et rappelle que le régulateur a donné son feu vert à plusieurs projets novateurs - des cryptobanques - au cours de ces derniers mois.

Alpian ne se rangera toutefois pas dans cette catégorie. Pensée comme une banque privée numérique, elle s'adressera à des personnes disposant d'un capital entre 100'000 et 1 million de francs, qui auront accès aux transactions classiques (dont négoce de titres), à des mandats de conseil de gestion discrétionnaire et à des produits d'investissement d'habitude réservés à une clientèle plus fortunée.

Des gestionnaires seront disponibles pour des entretiens personnalisés de 15 à 30 minutes, en visioconférence, via l'application Alpian. «Les interactions vidéo commencent à prendre le dessus, nous les avons passablement pratiquées durant le confinement», note Pasha Bakhtiar.

Reyl pense que la nouvelle banque pourra atteindre son seuil de rentabilité en 2023 ou 2024, au moment où celle-ci comptera entre 80'000 et 100'000 clients. Dans un premier temps, Alpian se concentrera sur le marché suisse, avec un public-cible estimé à 2,6 millions de personnes pour une fortune totale de 660 milliards de francs, souligne le groupe genevois.

La nouvelle offre pourrait potentiellement intéresser les clients de Reyl, qui risquent de se détourner des prestations classiques du groupe. «Il y aura peut-être une cannibalisation partielle aujourd'hui, mais pour mieux bénéficier la croissance et la santé financière du groupe demain (...) Cela ne doit pas être perçu comme quelque chose de négatif», affirme l'associé.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."