Bilan

Résultats stables pour Cembra au premier semestre

Le spécialiste du crédit à la consommation, du leasing et de l'émission de cartes Cembra Money Bank a enregistré des résultats stables au premier semestre, dans un contexte qui demeure cependant tendu. La société anticipe une reprise progressive des revenus pour la suite de l'exercice, essentiellement grâce à l'augmentation prévue des volumes dans le secteur des cartes de crédit.

Les prêts aux particuliers ont affiché une baisse de 4% à 2,3 milliards.

Crédits: Keystone

Le produit d'exploitation s'est contracté de 5,4% pendant la période sous revue à 235,9 millions de francs, tandis que les charges d'exploitations ont baissé de 1% à 124,1 millions. Cembra a cependant réussi à augmenter son bénéfice net de 6,2% à 78,7 millions, selon un communiqué publié jeudi.

Au niveau de ces deux derniers paramètres, Cembra a fait mieux que les attentes des analystes interrogées par AWP.

Les créances nettes ont progressé depuis mai


Les créances nettes se sont établies à 6,2 milliards de francs fin juin, en recul de 1% par rapport à fin 2020. Mais depuis le mois de mai, les demandes de crédit se sont avérées plus soutenues avec l'assouplissement des restrictions sanitaires.

Les prêts aux particuliers ont affiché une baisse de 4% à 2,3 milliards. Cela s'explique en partie par une politique de souscription plus stricte face à l'impact de la crise pandémique sur la conjoncture.

Les prêts à la clientèle dans le secteur du financement de véhicules ont régressé de 1% pour se fixer à 2,8 milliards de francs, alors que dans le secteur des cartes de crédit, où Cembra Money Bank émet entre autres la carte Cumulus avec Migros, les créances nettes ont augmenté de 6% à 1 milliard de francs.

Les revenus provenant des taux d'intérêts ont de leur côté témoigné d'un recul de 6% à 178 millions. Selon le communiqué, il s'agit là d'une conséquence de la contraction des créances dans le crédit privé. Quant au produit généré par les commissions et les honoraires, il a baissé de 3% à 57,9 millions de francs.

La maîtrise des charges d'exploitations est due à l'intégration de Cashgate l'année dernière, laquelle a permis de compenser la hausse des dépenses en technologies et en personnel.

Pour l'ensemble de l'exercice, la direction s'attend à un développement stable des affaires. Dans l'hypothèse, remplie d'incertitudes, d'une poursuite de la reprise, l'établissement zurichois a confirmé ses objectifs à moyen terme, soit un rendement des fonds propres d'environ 15%, des fonds propres durs d'au moins 17% et une politique de versement de dividendes comprise entre 60% et 70%.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."