Bilan

PubliGroupe se sépare de sa régie Publicitas

Le groupe lausannois de services marketing a décidé de vendre sa régie publicitaire Publicitas. Il souhaite se recentrer sur le numérique.

Face à l'érosion des recettes publicitaires de la presse écrite, PubliGroupe veut désormais s'orienter presque complètement vers les activités numériques, par le biais de ses deux participations-clés local.ch et Zanox.

Crédits: Keystone

Publigroupe se sépare de son métier historique. Le groupe lausannois a vendu sa filiale Publicitas à la société allemande Aurelius et veut désormais se concentrer sur le développement de ses activités numériques dans les marchés de croissance. En 2014, un bénéfice opérationnel de 20 mio CHF devrait être dégagé. La croissance organique sera accélérée par des acquisitions sélectives. La Bourse apprécie.

Le montant de la vente de Publicitas est "au-dessus de 10 mio CHF", selon le communiqué publié mercredi. Aurelius, société cotée à la Bourse de Munich, est spécialisée dans le rachat d'entreprises en difficulté. Elle a notamment repris la marque d'électronique grand public Blaupunkt.

La société allemande reprend la totalité des 39 sociétés associées en Suisse et à l'étranger, ainsi que la participation de 49% dans xentive SA. Les 860 collaborateurs et l'ensemble des engagements contractuels, en particulier vis-à-vis des partenaires médias, des annonceurs et des agences, sont également repris.

La transaction devrait être finalisée au cours du deuxième trimestre 2014. L'accord des actionnaires de Publigroupe et des autorités de la concurrence est encore requis.

A l'issue de cette cession, Publigroupe réalisera plus de 80% de son chiffre d'affaires dans les produits et prestations de services numériques, précise le communiqué.

STRATÉGIE POURSUIVIE

L'équipe de direction de Publicitas reste placée sous la conduite d'Alain Bandle. Elle "poursuivra résolument la stratégie actuellement mise en oeuvre", à savoir le développement de sa plate-forme publicitaire numérique automatisée destinée au traitement de campagnes publicitaires médias globales. De nouvelles suppressions d'emplois chez Publicitas ne sont pas à l'agenda, a assuré M. Bandle, à Zurich devant la presse.

Publigroupe sera désormais presque complètement orienté vers les activités numériques, par le biais de ses deux participations-clés, local.ch, détenue à 50%, et Zanox, dont elle possède 47,5%. Le chiffre d'affaire cumulé des deux entités a atteint 800 mio CHF en 2013. En excluant les résultats de Publicitas/Media Sales, Publigroupe table sur un chiffre d'affaires net consolidé d'environ 150 mio CHF en 2014.

La transaction entraîne un amortissement unique d'environ 30 à 40 mio CHF. Publigroupe disposera ensuite d‘une base de capitaux propres toujours solide et sera libéré de toute obligation financière à l'égard de Publicitas, selon son communiqué. Les deux groupes poursuivront cependant leur coopération, "à chaque fois que cela aura un sens du point de vue commercial".

La direction du groupe lausannois réaffirme également son intention de vendre ses participations dans Freie Presse Holding (FPH) et dans d'autres sociétés de presse, et de céder de petites unités hors des activités de base. Au total, elle en attend plus de 60 mio CHF de recettes pour 2014 et 2015.

SANS CHANGEMENT POUR TAMEDIA

Tamedia, client important de Publicitas, a pris acte de cette vente. Son porte-parole, Christoph Zimmer, a indiqué à AWP que la collaboration entre les deux sociétés sera poursuivie. Fin avril 2013, Tamedia et Publicitas avaient annoncé la prolongation de leur partenariat pour la diffusion d'annonces dans les publications imprimées et en ligne du groupe de presse zurichois, qui reste assurée par le réseau suisse de Publicitas. Tamedia n'a pas fait d'offre de reprise de Publicitas, a également indiqué M. Zimmer.

La direction de Publigroupe ne devrait pas connaître de bouleversements. Lors de la prochaine assemblée générale, le président du conseil d'administration, Hans-Peter Rohner, se présentera pour un nouveau mandat, a-t-il dit devant la presse. Le directeur général (CEO), Arndt Groth, veut également rester à la tête du "nouveau Publigroupe", a-t-il déclaré.

M. Rohner a indiqué avoir eu des contacts avec plusieurs sociétés intéressées, suisses et étrangères. Mais deux offres fermes seulement ont été déposées, a-t-il ajouté, sans donner le nom de l'autre prétendant, ni même vouloir dire s'il était suisse. Le prix indiqué dans le communiqué, plus de 10 mio CHF, n'est pas définitif. Il pourra encore varier en fonction de plusieurs composantes, selon M. Rohner.

La Bourse a salué l'opération. A 14h48, l'action prenait 24,4%, à 130,90 CHF, après un plus haut à 139,90 CHF en matinée, dans un SPI en hausse de 0,49%. La BC de Zurich (ZKB) estime que la vente de Publicitas ouvre la voie à une valorisation plus élevée et pense que la valeur théorique de l'action est de 149 CHF.

CHIFFRES ROUGES EN 2013

Dans un contexte difficile pour la presse suisse, Publigroupe a inscrit des chiffres rouges l'an passé, avec une perte nette de 5,9 mio CHF, venant après un bénéfice de 50,2 mio en 2012. Le chiffre d'affaires net a reculé de 6%, à 267,3 mio CHF.

La division Media Sales, essentiellement Publicitas, a accusé une perte d'exploitation de 14,5 mio CHF pour des revenus en recul de 10% à 134,6 millions, tandis que ceux des activités numériques ont crû d'un bon tiers. Lors de la présentation du bilan annuel, début mars, le groupe n'a pas caché sa volonté de poursuivre ses investissements dans ce dernier secteur.

La direction a indiqué vouloir reprendre sa politique de désengagements, avec la cession d'ici à la fin de l'année de la participation dans Freie Presse Holding, détenue avec le groupe NZZ, et la vente d'immeubles à Paris et à Delémont. L'effectif total du groupe a été nettement réduit, passant de 1702 à 1565 emplois plein temps fin 2013.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."