Bilan

Pour diriger Salt, l'opérateur vaudois mise sur un Alémanique

Aux mains de l'investisseur français Xavier Niel, l'opérateur mobile vaudois Salt (ex-Orange) souhaite conserver ses origines suisses et s'adapter à la demande des Helvètes. Pour ce faire, l'entrepreneur entrevoit le choix d'un nouveau directeur général alémanique.

Selon Xavier Niel, pas de doute, le directeur général ainsi que le président de conseil d'administration seront tous deux des Alémaniques.

Crédits: Keystone

Aux mains de l'investisseur français Xavier Niel, l'opérateur mobile vaudois Salt (ex-Orange) souhaite conserver ses origines suisses et s'adapter à la demande des Helvètes. Pour ce faire, l'entrepreneur entrevoit le choix d'un nouveau directeur général alémanique.

Salt doit "être une société suisse dirigée par des Suisses", indique Xavier Niel au "blog high-tech & telecom" de Xavier Studer, des propos confirmés mercredi à l'ats par Therese Wenger, porte-parole de Salt.

Selon Xavier Niel, pas de doute, le directeur général ainsi que le président de conseil d'administration seront tous deux des Alémaniques.

Un parti-pris qui colle avec son intention de se développer outre-Sarine, là où l'opérateur de télécommunications basé à Renens (VD) est moins présent pour l'heure. Xavier Niel précise ne pas souhaiter faire de Salt, un "Free suisse", mais comprendre les demandes locales.

L'ex-Orange est actuellement dirigée ad intérim par Pierre-Alain Allemand, de nationalité française lui aussi. La procédure visant à désigner un successeur à Johan Andsjö, le Suédois qui a quitté à la fin 2015 l'entreprise avec effet immédiat, est en cours.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."