Bilan

Plaidoyer pour un retour à la verticalité

Experte en management, Marianne Schmid Mast va à l’encontre des tendances actuelles dans les entreprises. Selon elle, les hiérarchies sont absolument indispensables.

Marianne Schmid Mast: «Il ne faut pas confondre autorité et autoritarisme.»

Crédits: Félix Imhof/UNIL

Les hiérarchies sont nécessaires au bon fonctionnement d’un groupe, assure Marianne Schmid Mast, professeure ordinaire de comportement organisationnel à la HEC de l’Université de Lausanne et auteure de Leaderspritz, qui vient de paraître aux presses polytechniques et universitaires romandes. Rencontre.  

Dans votre livre, vous expliquez que l’être humain crée systématiquement des hiérarchies... 

Effectivement. Dès qu’un groupe de personnes est amené à se coordonner, un ou plusieurs leaders émergent et une hiérarchie se met en place, parfois en quelques minutes. On l’a vu avec l’exemple des mineurs chiliens. Le 5 août 2010, la mine de cuivre de San José s’est écroulée sur 33 hommes. Si ce sont bien les équipes de secours qui ont sauvé les mineurs, leur survie doit beaucoup à Luis Urzua. C’est en effet lui qui a coordonné les efforts, motivé ses hommes à garder le moral et mis en place une hiérarchie provisoire en attribuant des rôles à chacun. Yonni Barrios, qui avait passé six mois au chevet de sa mère malade, est devenu le médecin du groupe. Mario Sepulveda, personnalité joviale et chaleureuse, a animé un journal vidéo pour rassurer les familles. Mario Gomez, doyen du groupe, a organisé les temps de prière.

De nos jours, dans les entreprises, la tendance est plutôt à la suppression des hiérarchies et des titres. On parle d’holacratie, d’entreprise libérée, de structures horizontales...

Contrairement à ce qu’assènent les modes managériales, les hiérarchies sont nécessaires pour prendre des décisions et gérer les conflits. Elles permettent de clarifier les rôles et les responsabilités de chacun, ce qui peut éviter un drame. Souvenez-vous, en octobre 2011, une vingtaine de personnes sont passées à côté d’une fillette de deux ans, Wang Yue, agonisant au bord de la route après avoir été écrasée. Une femme a fini par s’arrêter, malheureusement c’était trop tard. La fillette est décédée des suites de ses blessures. Cet exemple tragique rappelle que les hiérarchies sont nécessaires pour éviter les risques de diffusion de responsabilité. En effet, les vingt individus n’ont pas réagi probablement car ils étaient confiants que quelqu’un d’autre se chargerait d’aider l’enfant. En entreprise, ce phénomène de diffusion de responsabilité s’observe à de multiples reprises, en particulier lorsque plusieurs collaborateurs travaillent sur un projet sans responsabilités définies. Chacun pense que son collègue contactera le fournisseur et, au final, personne ne le fait. 

La verticalité ne fait-elle pas fuir les meilleurs? 

Toute hiérarchie n’est pas nécessairement répressive. Il ne faut pas confondre autorité et autoritarisme. Un chef qui impose une direction est très différent d’un chef qui opprime. L’autorité, lorsqu’elle est utilisée à bon escient, est le pouvoir de faire surgir chez ceux que l’on dirige des aptitudes nouvelles, des talents inexploités, latents, dormants. La verticalité ne s’oppose par ailleurs pas à la prise en compte des opinions de ses collaborateurs.

Certaines études affirment qu’une équipe réalise une meilleure performance lorsqu’il n’y a pas de chef. Qu’en pensez-vous?

Nous avons effectué des études à ce sujet et les résultats montrent que le type de hiérarchie, verticale ou plate, n’a pas de lien direct avec la performance du groupe. Le vrai prédicteur de performance, c’est la personne qui émerge comme leader. Si elle est compétente comme leader, la performance du groupe augmentera significativement, indépendamment de la structure mise en place. 

Castilloamanda2018 Nb
Amanda Castillo

Journaliste

Lui écrire

Amanda Castillo est journaliste freelance. Elle collabore régulièrement avec plusieurs médias dont Bilan et Le Temps. Ses sujets de prédilection: le management et le leadership.

Du même auteur:

Les hommes rêvent de jeunesse éternelle
La longue série noire de la famille royale espagnole

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."