Bilan

Philip Queffelec, l’avion dans le sang

Le «Breton-Ecossais» a atterri à Genève en 2000 pour y développer sa société d’aviation privée. Parcours d’un autodidacte.

Parmi ses clients, il compte des chefs d’Etat, mais aussi Bill Clinton ou, c’est sa fierté, la famille royale britannique. Si Philip Queffelec aime les people, il n’est pourtant pas du sérail. Son itinéraire hors du commun, il le doit à son génie commercial et à une authentique passion pour l’aviation. Il aurait pu être pilote comme son père; mais non. Né en 1954, rebelle dans l’âme, Philip boycotte l’épreuve du bac et trace sa route seul et loin de sa famille. Sans diplôme, il quitte l’Europe à 20 ans, pour Caracas. «J’ai fait tous les boulots au Venezuela: peintre en bâtiment et même mannequin. Je vivais avec 1 bolivar par jour. J’avais souvent faim, mais ça m’a beaucoup appris.» Sous la houlette d’un entrepreneur local, il crée sa première société d’import-export (en métallurgie). Il apprend à acheter et à vendre, et il apprend vite. Début des années 1980, Philip rentre à Paris pour rejoindre Xerox, l’inventeur du photocopieur. A 34 ans, il dirige 1000 personnes et est responsable du contrat avec l’ambassade américaine en France. Mais le jeune Queffelec rêve de voler de ses propres ailes. En lisant un magazine, il découvre des publicités de ventes et d’achats d’avions privés. Il décide de se lancer dans le leasing d’avions. «En dix-huit mois, j’avais réalisé 497 millions de francs français de chiffre d’affaires. A l’époque, en 1989, c’était colossal.»

«beaucoup plus simple en Suisse»

1990, le jeune entrepreneur vit à Londres. Il possède son jet privé, son hélicoptère et 100% de sa boîte. Soudain, la guerre du Golfe éclate et le business s’effondre. Plus personne ne volait. «Je n’avais plus rien mais je suis aussitôt reparti à l’attaque en allant aux Etats-Unis voir le nouvel hélicoptère de McDonnell Douglas. Ils m’ont donné la représentation de leurs machines en France; le fait d’avoir travaillé auparavant pour l’ambassade américaine m’a alors aidé.» Le parcours de Queffelec passe par de multiples rencontres, des amitiés, politiques ou économiques, à Londres, au Portugal et même à Cuba où il rencontre Castro pour lui vendre des avions. C’est finalement en Suisse qu’il va atterrir pour manager les avions privés d’une grande entreprise horlogère. «J’y suis resté six ans. Et j’ai ensuite développé Masterjet. Créer une société en Suisse est beaucoup plus simple qu’à Londres. Et ne parlons pas de la France! Depuis Genève, je gère une douzaine d’avions privés dans le très haut de gamme, du moyen au long-courrier. Mes clients sont africains, moyen-orientaux et européens.» La crise, qui a eu raison de plusieurs de ses concurrents, n’a pas freiné la croissance de Masterjet, dont le chiffre d’affaires a même augmenté de 60% depuis 2008. Porté par sa passion, Queffelec continue d’innover. Sa dernière idée: commercialiser les vols «retour à vide» de 200 avions privés dans le monde. Il le fait sur internet. iMasterjet existe aussi en application à télécharger sur iPhone.

D’autres portraits à lire sur: www.suisse-entrepreneurs.com

Credits photos: Enrique Pardo

Nivez C Photoa
Catherine Nivez

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste en France depuis 1990, d’abord comme reporter et journaliste dans le secteur de la musique, puis dans les nouvelles technologies, internet et l’entrepreneuriat. Après 20 ans en France, j’ai migré en Suisse et à Genève ou je vis et travaille désormais sur ma nouvelle passion: l’alimentation et la santé.

J’ai fait l’essentiel de mon parcours dans l’audiovisuel français (France Inter, France Info, Europe1, ou encore Canal+). Désormais journaliste freelance en Suisse, j’ai signé une série d’articles pour le quotidien suisse-romand Le Temps et travaille désormais pour BILAN où je tiens la rubrique mensuelle « Santé & Nutrition ».

Vous pouvez aussi me retrouver sur mes blogs : www.suisse-entrepreneurs.com, galerie de portraits des entrepreneurs que je côtoie en Suisse, et sur LE BONJUS mon nouveau blog consacré aux jus et à l’alimentation.

Du même auteur:

Xavier Casile, le pubard de la Suisse
Marco Berrebi, le soutien de JR

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."