Bilan

NZZ en perte de vitesse au premier semestre avec une rentabilité stabilisée

Le résultat net du groupe de presse s'est nettement infléchi de 17% à 9,4 millions de francs en comparaison annuelle, selon les résultats du premier semestre publiés mardi.

L'entreprise a l'intention de maintenir la pression sur les coûts au deuxième semestre ainsi que d'atteindre des gains d'efficacité.

Crédits: Keystone

Le groupe de presse NZZ a présenté des résultats ainsi qu'une rentabilité en baisse à l'issue du premier semestre. Sur une base comparable, son résultat opérationnel s'est stabilisé dans son coeur de métier, grâce aux fruits de sa stratégie numérique.

Le résultat net du groupe de presse s'est nettement infléchi de 17% à 9,4 millions de francs en comparaison annuelle, selon les résultats du premier semestre publiés mardi.

Résultat opérationnel 

De la même façon, le résultat opérationnel avant intérêts et impôts (Ebit) a perdu 35,2% à 8,2 millions de francs, tandis que la marge afférente de 7,4% a dépassé celle de 6,2% de l'exercice précédent.

Le transfert des médias régionaux du groupe NZZ dans CH Media en 2018 a rendu difficile toute comparaison historique, a expliqué NZZ, qui a ajouté "qu'une analyse ajustée montre que le coeur de métier a connu une évolution stable en termes de résultat d'exploitation".

CH Media est une co-entreprise qui regroupe les rédactions nationales et internationales des titres et sites régionaux des groupes de presse AZ Medien (l'Aargauer Zeitung et ses éditons régionales) et NZZ (la Luzerner Zeitung et le St. Galler Tagblatt ainsi que leurs éditions régionales).

Le chiffre d'affaires du groupe NZZ a reculé de 45,7% à 110,3 millions. Cette comparaison historique n'est pas significative, selon l'entreprise, en raison de la modification du périmètre de consolidation. Le chiffre d'affaires corrigé de ces changements a affiché une hausse de 2%.

Contexte difficile

NZZ a précisé que le rendement du chiffre d'affaires est passé de 5,6% l'année précédente à 8,5% au premier semestre.

La hausse de 5% du nombre de clients payants à l'édition en ligne a contribué à une progression de 2% du chiffre d'affaires correspondant.

Fin juin 2019, le total des charges d'exploitation s'élevait à 105 millions de francs. Une comparaison annuelle ne serait pas pertinente, selon NZZ. La baisse des coûts directs et les économies réalisées sur les frais de personnel ont en effet été absorbées par les dépenses supplémentaires en lien avec le recentrage stratégique de l'entreprise sur son métier de base.

La coentreprise CH Media a publié - pour la première fois - un chiffre d'affaires de 2,9 millions de francs au premier semestre.

Environnement économique des médias

Le groupe NZZ ne s'attend pas à une amélioration de l'environnement économique des médias au cours des prochains mois. Il table sur une croissance du nombre de clients de l'édition en ligne à la faveur de la poursuite de sa stratégie numérique.

L'entreprise a l'intention de maintenir la pression sur les coûts au deuxième semestre ainsi que d'atteindre des gains d'efficacité.

>> À lire aussi: Fake News: pourquoi maintenant?

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."