Bilan

Novartis vise l'acquisition de petites cibles

Le président de Novartis anticipe une poursuite du mouvement de consolidation en cours dans le secteur pharmaceutique.

"Le prix que demandent les sociétés biotechnologiques est actuellement extrêmement élevé et l'acheteur se doit de considérer attentivement si il est prêt à en prendre le risque", poursuit M. Reinhardt.

Crédits: Keystone

Le président de Novartis anticipe une poursuite du mouvement de consolidation en cours dans le secteur pharmaceutique. Le géant rhénan se concentre pour sa part sur l'acquisition de petites cibles, déclare Jörg Reinhardt jeudi dans les colonnes de la "Handelsblatt".

La vague de fusions acquisitions était attendue de longue date en raison du regain de vigueur dans le domaine des biotechnologies, rappelle l'administrateur en chef. "Le prix que demandent les sociétés biotechnologiques est actuellement extrêmement élevé et l'acheteur se doit de considérer attentivement si il est prêt à en prendre le risque", poursuit M. Reinhardt.

Le segment des médicaments sans ordonnance, sur lequel Novartis coopère avec son concurrent GlaxoSmithKline (GSK) reste attrayant et le groupe bâlois n'envisage pour l'heure pas de céder ses 36,5% dans la coentreprise.

L'intégration des activités oncologiques du laboratoire britannique suit son cours. "Nous avons embauché 2000 collaborateurs de GSK et avons lancé parallèlement un programme de restructuration avec la fondation d'une unité Services aux affaires", explique M. Reinhardt.

L'entité devra regrouper les services informatiques, ressources humaines ou encore finances des autres divisions du groupe. L'opération, qualifiée de "plus gros chantier des vingt dernières années", nécessitera encore du temps pour être digérée.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."