Bilan

Novartis et Roche se préparent à un Brexit dur

L'éventuelle sortie de la Grande-Bretagne de l'UE sans accord constitue aussi un thème pour Novartis et Roche qui prévoient d'augmenter leurs stocks de médicaments.

Novartis planifie des augmentations de stocks de l'ensemble de son portefeuille de médicaments Novartis et Sandoz avant fin mars 2019.

Crédits: keystone

L'éventuelle sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne (UE) sans accord constitue aussi un thème pour les géants pharma Novartis et Roche. Les deux entreprises se préparent à un Brexit dur et prévoient d'augmenter leurs stocks de médicaments, ont-ils confirmé mercredi après divers articles de presse. Ces dernières semaines, des groupes comme AstraZeneca et GlaxoSmithKline ont aussi fait état de tels préparatifs.

Contactée par AWP, une porte-parole de Novartis a confirmé que l'entreprise planifie des augmentations de stocks de l'ensemble de son portefeuille de médicaments Novartis et Sandoz avant fin mars 2019, date de la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE. L'entreprise est en contacts étroits avec les autorités britanniques à propos du thème Brexit. D'éventuels changements au niveau des emplois en Grande-Bretagne en raison d'un Brexit dur ne sont pas prévus.

Roche entend éviter tout risque pour la chaîne de livraison et garantir que les patients en Grande-Bretagne et en Europe continentale continueront d'avoir accès aux médicaments, a déclaré une porte-parole de Roche. Le groupe va examiner les stocks de l'ensemble des produits dans son portefeuille au début de l'an prochain, pour éviter autant que possible pour les patients des retards ou des problèmes liés à la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."