Bilan

Novartis ouvre ses capacités au vaccin de Biontech/Pfizer

Novartis mettra à disposition de l'alliance Biontech/Pfizer les capacités de conditionnement de son usine de Stein pour accélérer les livraisons du vaccin contre la Covid-19 développé par Biontech et le géant américain Pfizer. Un accord en ce sens a été conclu avec laboratoire allemand à l'origine de la découverte de ce vaccin.

Le géant pharmaceutique rappelle être en discussion avec de nombreux acteurs pour fournir des services de sous-traitance dans les domaines des vaccins comme des traitements.

Crédits: DR

La mise en production doit débuter au deuxième trimestre de l'année en cours et les premières livraisons devraient être disponibles au partiel suivant, précise un communiqué de la multinationale rhénane vendredi.

Dans le détail, Novartis réceptionnera la substance active mRNA brute de Biontech pour remplir des fioles au sein de ses infrastructures aseptisées argoviennes. Le produit fini sera ensuite réexpédié vers le laboratoire de Mainz, qui se chargera de leur distribution aux systèmes de santé de la planète.

La conclusion de cet accord de sous-traitance survient alors que se multiplient les craintes autour de perturbations dans la livraison prévue de vaccins en provenance de Pfizer/Biontech, mais aussi désormais du britannique Astrazeneca. Le duo Pfizer/Biontech se retrouve de surcroit au centre d'une controverse autour du nombre de doses facturables contenues dans chaque fiole.

La concurrence à la rescousse


Pfizer et Biontech s'étaient associés en début de semaine les services du français Sanofi pour accélérer le conditionnement de leur produit.

Passé largement à côté de la lutte contre la pandémie de Covid-19 avec ses propres produits, Novartis avait déjà proposé en octobre dernier ses services à la modeste biotech zurichoise Molecular Partners, qui a, elle, identifié un antiviral prometteur.

Le géant pharmaceutique rappelle être en discussion avec de nombreux acteurs pour fournir des services de sous-traitance dans les domaines des vaccins comme des traitements. La firme promet au passage de publier le détail d'éventuels accords une fois ceux-ci conclus.

Après des essais infructueux avec l'hydroxychloroquine, Novartis avait cherché sans plus de succès à évaluer le potentiel de deux de ses propres substances dans des indications associées à la Covid-19. Le volet de recherches sur le canakinumab avait fini dans un cul de sac début novembre et celui sur le ruxolitinib mi-décembre.

A l'instar des autres valeurs vedettes, Novartis a fait les frais de la déconfiture des marchés actions. Le titre du groupe bâlois a terminé la séance en baisse de 2,8% à 80,53 francs, dans un indice vedette SMI en forte contraction de 2,38%.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."