Bilan

«Nous sommes Nº 2 en Europe»

Alliée à un groupe allemand, la Clinique Matignon formera en 2020 un groupe de 16 établissements.

«Fin 2018, avec ses cliniques esthétiques à Lausanne, Neuchâtel, Yverdon, Nyon, Sion et Vevey et ses 35 employés, Matignon a senti le besoin de se renforcer, de manière à affronter un marché en plein essor, récapitule la doctoresse Patricia Delarive, qui a fondé le groupe en 2007 avec les docteurs Sabri Derder et Roland Ney. La présidente et médecin-chef des Cliniques Matignon, déjà leaders du marché en Suisse romande, s’est alors approchée du groupe Rigeto, société allemande qui investit des fonds importants dans des PME: «Nous cherchions des investisseurs prêts à continuer l’aventure avec nous. Cela tombait bien, nous avions tenté de mettre un pied à Zurich, mais nous nous étions sentis un peu seuls sur le marché alémanique que nous connaissions mal et dont nous maîtrisions mal la langue.»

La médecine esthétique a vu se réaliser ces dernières années des progrès considérables grâce à de nouvelles techniques (laser, lumière pulsée, radiofréquence, cryothérapie, etc.) et des appareillages de plus en plus sophistiqués. Elle devient aussi beaucoup moins chère que la chirurgie, même si le matériel doit être souvent renouvelé, assurent les spécialistes. Formée au CHUV en médecine interne, en immunologie puis en dermatologie, Patricia Delarive est aussi une gestionnaire qui vise loin: «Cette alliance ne change rien pour le personnel. Notre cœur de métier est toujours la médecine esthétique non chirurgicale. Les gens ne veulent plus de traitements lourds et nous sommes là pour les aider à contrer le vieillissement.»

Une transaction de 20 millions

C’est par l’intermédiaire de la société zurichoise CMDM que l’opération s’est faite en juin dernier. Une transaction de l’ordre de 20 millions de francs qui a vu les Allemands prendre une participation majoritaire. Le groupe Rigeto, basé à Munich, dispose dans son portefeuille d’investissement de huit cliniques Dermedis en Allemagne, spécialisées dans le traitement esthétique de la peau: «De notre côté, avec l’appui du groupe allemand, nous avons l’intention d’ouvrir des cliniques à Genève et à Zurich en 2020, ce qui portera la totalité du groupe germano-suisse à 16 établissements.»

Si Patricia Delarive et ses associés perdent la majorité, ils siègent au conseil d’administration de Dermedis: «Nous sommes ainsi armés pour affronter l’avenir dans un marché qui intéresse de plus en plus la classe moyenne des deux sexes, confie la doctoresse. Nous sommes désormais Nº 2 en Europe derrière le groupe britannique Skin.»

Oliver Grivat

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."