Bilan

Nokia envisage de vendre son quartier général

L’ex-numéro un de la téléphonie mobile songe à vendre sa «Nokia House». Nouvelle mesure de réduction des coûts, cette annonce signale une fois de plus la panade dans laquelle Nokia est engluée.
Nokia est à la peine. Le roi déchu du téléphone mobile songe à vendre ses murs. Plus précisément son gigantesque et ultramoderne siège social d’Espoo, aux portes d’Helsinki.

Au plus fort de la puissance du groupe finlandais, vers le milieu des années 90, ce palais technologique ultramoderne lui avait coûté entre 200 et 300 millions d’euros, selon le journal Ilta-Sanomat. Sa valeur oscillerait aujourd’hui entre 125 et 223 millions d’euros.

«Nous évaluons les différentes options pour nos actifs non stratégiques, comme nos biens immobiliers, et donc cela concerne aussi notre siège social», a indiqué à Reuters la porte-parole du groupe Maija Taimi.

Le responsable financier s’est empressé de préciser que Nokia ne déménagerait pas. En clair, le fabricant envisage un contrat de leasing pour se concentrer «sur son cœur de métier».

Fin d’un long règne

Après avoir raté le tournant des Smartphones, Nokia s’est fait distancer par Apple et Samsung notamment. Il a abandonné sa couronne de numéro un du secteur cette année après une décennie et demi de règne.

Le groupe finlandais vient d’aligner plusieurs semestres dans le rouge. Ses pertes se comptent en milliards. Rien qu’au deuxième trimestre 2012, 1,4 milliard d’euros se sont envolés, rappelle la Handelszeitung.

S’il a vendu 4 millions de smartphones équipés du système d'exploitation Windows sur cette période, son chiffre d’affaires a poursuivi sa descente aux enfers. Une baisse de 19% à 7,54 milliards d’euros.

Nokia vit donc des heures critiques. Investisseurs et agences de notation font la fine bouche. Moody’s classe dorénavant le fabricant finlandais dans la catégorie «spéculative», note Les Echos.

Projet et personnel biffés

Le groupe est donc contraint à la restructuration. Il réduit ses coûts. Et si sa trésorerie restait largement positive au deuxième trimestre, il doit chercher le cash là où il se trouve, en vendant des actifs non-stratégiques.

Au début de l’été, Nokia avait lancé un nouvel avertissement sur ses chiffres, rappelle Boursier.com. Des mesures additionnelles d’austérité accompagnaient son message.

Ces décisions impliquent notamment l’arrêt de certains projets. Du coup, plusieurs sites seront fermés au Canada, en Allemagne et en Finlande.

Conséquence globale de cette restructuration: 10'000 emplois supplémentaires passeront à la trappe d’ici la fin de l’an prochain. Mais, au total, Nokia devrait avoir biffé un tiers de son personnel en trois ans.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."