Bilan

Nissan s'attend à une année 2017 volatile, mais pas difficile

Le PDG de Nissan, Carlos Ghosn, s'attend à des turbulences sur les marchés, liées à l'arrivée de Donald Trump à la tête des Etats-Unis et à la tenue de nombreuses élections en Europe.

M. Ghosn ne s'est pas montré inquiet non plus sur la volonté de M. Trump de renégocier l'accord de libre-échange Alena.

Crédits: AFP

Le PDG de Nissan, Carlos Ghosn, a dit vendredi s'attendre à beaucoup de volatilité en 2017, année marquée par de nombreux changements politiques aux Etats-Unis et en Europe, mais il reste confiant.

"Je ne pense pas que ce sera une année difficile. Je pense qu'elle sera volatile, mais dans l'ensemble ce devrait être une bonne année pour l'industrie de l'automobile", a-t-il déclaré lors d'une table ronde avec la presse au siège du groupe à Yokohama (banlieue de Tokyo).

Le PDG du constructeur japonais espère ainsi pour Nissan "un nouveau record de ventes", avec "une tendance positive en Chine", "un marché américain très sain" et "une reprise qui se poursuit en Europe".

Il faudra cependant compter avec des turbulences sur les marchés, liées à l'arrivée de Donald Trump à la tête des Etats-Unis et à la tenue de nombreuses élections en Europe.

M. Ghosn a tout d'abord évoqué les taux de change: "Avant l'élection de M. Trump, tout le monde prédisait un renforcement du yen face au dollar, c'est exactement l'inverse qui s'est produit. C'est pourquoi nous allons être très modestes dans la prévision des cours des monnaies", a-t-il souligné.

Idem pour les "matières premières": "Leurs prix vont augmenter, qu'il s'agisse de l'acier ou du pétrole".

Mais cette volatilité sera, selon le PDG de Nissan, compensée par "le fait que la plupart des gouvernements mettent aujourd'hui l'accent sur les investissements dans les infrastructures", "c'est probablement le signe que 2017 sera une meilleure année en terme de croissance économique", a-t-il estimé.

M. Ghosn ne s'est pas montré inquiet non plus sur la volonté de M. Trump de renégocier l'accord de libre-échange Alena conclu entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada.

"Nous ne spéculons pas, nous jugeons sur les faits. (...) Mais je ne suis pas si inquiet, parce que protéger les intérêts américains revient d'une certaine manière à protéger le commerce avec le Mexique", a souligné le responsable de Nissan.

"S'il y a un changement, nous nous adapterons", a-t-il ajouté, rappelant que le constructeur japonais était "numéro un au Mexique, avec une part de marché de 25%".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."