Bilan

Nestlé voit sa croissance ralentir dans les pays émergents

Le premier trimestre a vu le rival français Danone faire mieux que prévu, contrairement au groupe suisse qui n'a toutefois pas dit son dernier mot.
Nestlé a dévoilé jeudi des chiffres légèrement inférieurs aux attentes pour son premier trimestre 2013, affichant une progression des ventes de 5,4% à 21,9 milliards de francs mais le groupe basé à Vevey a également été victime de la guerre civile en Syrie.

Le numéro un mondial de l'industrie alimentaire a en effet vu la destruction d'une de ses usines qui fournissait plusieurs marchés dans la région mais la chaîne de production devrait bientôt être rétablie et ainsi alimenter la croissance dans la zone Asie, Océanie et Afrique.

En attendant, Nestlé a vu sa croissance organique dans les pays émergents se tasser à 8,4% contre 13% un an plus tôt pour la même période. Ces pays revêtent une grande importance, incarnant des relais de croissance pour le groupe qui n'a enregistré qu'une progression de 0,9% dans les marchés développés

Avantage à Danone

Les analystes ne se privent pas de comparer la performance du groupe avec celle de son grand rival français Danone. «Ce trimestre faible vient en contraste avec Danone, qui est parvenu à surpasser les attentes du marché cette semaine», a souligné dans une note Jean-Philippe Bertschy, analyste chez Vontobel.

Mardi, le groupe français a fait état d'une hausse de ses ventes trimestrielles de 4,3% à 5,3 milliards d'euros, grâce à une solide performance de ses activités de lait pour bébé en Chine.

Une croissance dans le bas des attentes

La météo, avec l'arrivée tardive des beaux jours dans les marchés développés, a également pesé chez Nestlé sur les ventes d'eau qui doivent en outre faire face à une concurrence accrue, notamment aux Etats-Unis. Roddy Child-Villiers, le directeur des relations investisseurs, a également évoqué lors d'une conférence pour analystes une intensification des activités promotionnelles menées par les rivaux du groupe.

Nespresso, marque phare pour Nestlé avec ses taux de croissance à deux chiffres, voit également son rythme ralentir avec la multiplication des dosettes compatibles en Suisse. «Le début d'année a été plus lent qu'en 2012», a reconnu Roddy Child-Villiers, évoquant notamment l'introduction de nouvelles capsules par Migros, le numéro un de la distribution en Suisse.

Le directeur général Paul Bulcke a confirmé les objectifs du groupe pour l'année en cours dans un communiqué publié jeudi mais le directeur des relations investisseurs a précisé que le groupe prévoyait une croissance dans le bas des attentes.
Pascal Schmuck

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."