Bilan

Nestlé ne craint pas les sanctions contre la Russie

Nestlé n'est pas directement touché par les sanctions économiques contre la Russie et le conflit en Ukraine, a indiqué le directeur général (CEO) Paul Bulcke.

"Nous ne nous attendions pas à ce que le conflit en Ukraine dure aussi longtemps. Nous ne sommes pas directement touchés par les sanctions, grâce à notre production et notre distribution locale en Russie, avec 11 usines, et en Ukraine, avec trois usines", a précisé le patron du groupe veveysan Paul Bulcke.

Crédits: AFP

Nestlé n'est pas directement touché par les sanctions économiques contre la Russie et le conflit en Ukraine, a indiqué le directeur général (CEO) Paul Bulcke dans un entretien à "Finanz und Wirtschaft" paru en ligne vendredi.

"Nous ne nous attendions pas à ce que le conflit en Ukraine dure aussi longtemps. Nous ne sommes pas directement touchés par les sanctions, grâce à notre production et notre distribution locale en Russie, avec 11 usines, et en Ukraine, avec trois usines", a précisé le patron du groupe veveysan.

Le sites ukrainiens ne se trouvent pas dans les zones de conflit, a-t-il ajouté. Selon M. Bulcke, "l'Ukraine était un marché attractif ces dernières années, avec un solide taux de croissance. Maintenant, nous devons faire face à ces vents contraires additionnels".

Face aux difficultés conjoncturelles dans la zone euro, le géant de l'alimentaire fait un constat mitigé. La situation en Espagne s'est améliorée, alors qu'elle reste incertaine en France. Le patron de Nestlé a cependant insisté que le groupe avait enregistré une croissance organique de 1,4% en Europe au premier semestre.

Le groupe affiche également toujours une croissance dans les marchés émergents, même si elle a ralenti.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."