Bilan

«Le savoir-faire de Nespresso est proche de celui de l’horlogerie»

Jean-Luc Valleix, nouveau directeur du groupe pour la Suisse, a de grandes ambitions pour le leader du café portionné. Evoquant des projets «dans les univers de l’horlogerie et de l’art de la table», il promet le lancement de différents produits dans les prochains mois.

  • Jean-Luc Valleix: «La concurrence est saine, car elle pousse à innover.»

    Crédits: Wollodja Jentsch, Nespresso
  • L’agrandissement du site Nespresso à Avenches va créer 50 emplois d’ici à fin 2022.

    Crédits: Wollodja Jentsch, Nespresso

Aujourd’hui, la Suisse doit redevenir le marché pionnier pour Nespresso, estime le nouveau chef du marché helvétique, Jean-Luc Valleix. Le Français de 60 ans a, durant six ans, transformé Nespresso Canada au niveau stratégique et développement, après avoir lancé dans les années 90 la marque en France. En Suisse, il entend offrir à la clientèle de nouvelles expériences tout en continuant de développer le système de recyclage mis en place par la multinationale il y a trente ans déjà. Interview.

Vous avez pris la direction de Nespresso Suisse en septembre dernier. Quelles sont les ambitions du groupe en Suisse?

Jean-Luc Valleix Nous avons trois objectifs. Le premier est de continuer à séduire le plus grand nombre de consommateurs en développant notre portefeuille d’activités. Le deuxième est de poursuivre nos engagements durables, notamment au niveau du recyclage. Et enfin, nous voulons continuer à structurer notre implantation locale en renforçant nos liens sociétaux, car Nespresso est avant tout une marque suisse.

Comment se porte le marché du café en Suisse?

Le marché du café continue à être dynamique et à croître. Les Suisses boivent en moyenne 4 cafés par jour, un nombre qui a légèrement augmenté pour ceux qui sont restés à la maison durant la pandémie.

Et pour Nespresso?

L’année 2020 a été positive avec une croissance d’environ 7% au niveau mondial pour un chiffre d’affaires de 5,9 milliards de francs. Mais cette année a été particulière et douloureuse pour un grand nombre de nos partenaires dans l’hôtellerie et la restauration en Suisse.

Avec la pandémie, avez-vous augmenté vos ventes en ligne?

Oui, une partie de nos consommateurs se sont dirigés sur d’autres canaux que les boutiques. Cela nous a poussés à réinventer notre niveau de service à la fois en ligne (e-commerce) et au téléphone.

Pourriez-vous fermer certaines de vos boutiques ou limiter vos points de vente?

Non, nous n’allons pas fermer de boutiques. Au contraire, nous allons développer et diversifier nos différents points de vente (une centaine de points en Suisse dont 23 boutiques en nom propre). Nous souhaitons aussi créer de nouvelles expériences pour la génération de clients à venir en développant un concept de «Lab» afin de faire tester nos différents cafés Vertuo.

Nespresso vient de lancer la nouvelle machine Vertuo Next. Comment peut-on encore innover avec les machines à café?

Il y a un grand changement au niveau de la consommation des boissons, notamment en Suisse. Les Alémaniques consomment différemment que les Romands, les jeunes générations ont adopté de nouveaux modes de consommation. Nous nous adaptons chaque jour en proposant des produits différents. Par exemple, avec la machine Vertuo Next qui offre une multitude de possibilités en termes de goûts, de tailles, de styles de café sur simple pression d’une touche.

Le groupe a annoncé début avril un nouvel investissement de 117 millions de francs à Avenches (VD) qui se traduira par la création de 50 emplois d’ici fin à 2022. Est-ce que les capsules seront toujours produites en Suisse?

Tous nos cafés sont produits en Suisse et continueront à être produits en Suisse. Nous avons ici un savoir-faire qui est proche de celui de l’horlogerie. La Suisse apporte une capacité d’innovation et une notion de durabilité qui est très importante pour Nespresso. La Suisse a été initialement notre marché pilote et mon objectif est qu’il le redevienne dans les années à venir.

De plus en plus de grands acteurs tels que Lidl s’attaquent au marché des dosettes compatibles Nespresso. Comment le groupe réagit-il face à ses concurrents?

La concurrence est saine, car elle pousse à innover. Nespresso a toujours cherché à avoir un coup d’avance. Nous étions, par exemple, les premiers à proposer des capsules en aluminium il y a plus de trente ans. Aujourd’hui, on compte plus de 590 marques concurrentes dans le monde et environ 50 en Suisse, avec un nombre croissant de capsules en aluminium. En tant que pionniers et leaders du secteur, nous proposons même des machines qui peuvent être utilisées par les clients de différentes marques proposant des capsules en aluminium.

Au niveau de la durabilité, le groupe s’est engagé à produire toutes ses capsules avec 80% d’aluminium recyclé d’ici à fin 2021. Quelle est la prochaine étape?

Nous cherchons à aller toujours plus loin. Notre taux de recyclage est aux alentours de 64%, mais je souhaiterais à terme augmenter ce chiffre à 100%. En 2020, nous avons pris la décision d’ouvrir notre système de recyclage – mis en place et financé par notre marque depuis 1991 – aux autres acteurs du marché et avons fondé l’organisation «Swiss Aluminium Capsule Recycling» avec Delica, une solution de recyclage unique pour toute la branche. Par ailleurs, nous continuons à créer un impact positif pour les caféiculteurs avec lesquels nous travaillons, les communautés dans lesquelles nous opérons, et l’environnement.

Vous avez réalisé un stylo à base de capsules recyclées en partenariat avec Caran d’Ache, un éplucheur avec Zena et un couteau suisse avec Victorinox. Que pourriez-vous produire d’autre?

Nous avons, au-delà des nouveaux partenariats et objets avec les marques que vous avez mentionnées, aussi des projets dans les univers de l’horlogerie et de l’art de la table. Différents produits verront ainsi le jour d’ici à quelques mois et dans les deux prochaines années.


En chiffres

Vertuo Next: la machine a été conçue pour s’adapter aux nouvelles façons de consommer, via une multitude de choix en termes de goûts, de tailles et de styles de café. (Nespresso)

En Suisse, plus d’une personne sur deux détient une machine à café à domicile, dont la majorité sont des Nespresso. Le groupe emploie plus de 2000 personnes en Suisse dans ses trois centres de production à Orbe (VD), Romont (FR) et Avenches (VD) ainsi
que dans ses différentes boutiques et points de vente. Nespresso distribue ses capsules dans plus de 80 pays pour un chiffre d’affaires en 2020 de 5,9 milliards de francs.


Chantal De Senger
Chantal de Senger

JOURNALISTE

Lui écrire

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève (IHEID) en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l'Université de Genève. Après avoir hésité à travailler dans une organisation internationale, elle décide de débuter sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. De 2010 à 2021, Chantal est journaliste pour le magazine Bilan. Elle contribue aux grands dossiers de couverture, réalise avec passion des portraits d'entrepreneurs, met en avant les PME et les startups de la région romande. En grande amatrice de vin et de gastronomie, elle a lancé le supplément Au fil du goût, encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal est de 2019 à 2021 rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan et responsable du hors série national Luxe by Bilan et Luxe by Finanz und Wirtschaft.

Du même auteur:

Le road show de DSK passe par Genève
Genève accueille le premier salon suisse du champagne

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."