Bilan

Ne figez pas votre culture d’entreprise

Reto Savoia, CEO de Deloitte Suisse, décrypte pour Bilan les résultats d’un sondage mené par son cabinet d’audit auprès de 360 conseillers d’administration sur les problèmes auxquels ils sont confrontés.

La citation «Culture eats strategy for breakfast» est attribuée au gourou de la gestion d’entreprise, Peter Drucker. Il voulait sans doute exprimer par là qu’une nouvelle stratégie doit correspondre à la culture existante ou que la culture d’entreprise doit impérativement être adaptée en cas de changement de stratégie. Pour Peter Drucker, la culture est un élément déterminant d’une entreprise et mérite une attention particulière.

Parmi les 360 conseillères et conseillers d’administration interrogés par Deloitte et swissVR, beaucoup connaissent vraisemblablement aussi cette citation de Peter Drucker: pour presque deux tiers, une bonne culture d’entreprise est un avantage concurrentiel important et un facteur essentiel au succès d’une entreprise*. 

Plus de quatre cinquièmes ont discuté de la culture de leur entreprise au cours de la dernière année. Les moyens les plus importants pour influencer la culture d’entreprise sont, selon les personnes interrogées, l’application exemplaire des valeurs promues et une sélection minutieuse des membres de la direction.

Réponses encourageantes

Ces résultats, vraiment exemplaires, sont réjouissants car nous entendons malheureusement trop souvent parler des quelques entreprises dont la culture malsaine a conduit à des dérives. Au vu du nombre croissant de questions urgentes, il n’est pas toujours facile pour un conseil d’administration de se pencher de manière active et régulière sur le sujet de la culture d’entreprise. Mais lorsqu’elle devient un sujet pressant lors d’une séance du conseil d’administration, il est souvent déjà trop tard.

Une analyse efficace de la culture d’entreprise au sein du conseil d’administration se complique davantage si l’entreprise la considère comme une constante immuable ou comme un ensemble de principes gravé dans le marbre par le fondateur de l’établissement. Dans le cadre de l’enquête de Deloitte, un tiers des sondés ont indiqué ne pas adapter la culture lors de réorientations stratégiques. Cela est d’autant plus étonnant que la culture d’entreprise est essentielle au succès et qu’il est aujourd’hui possible de l’influencer et de la mesurer de manière systématique.

Nombrilisme vs évaluation indépendante

Le défi pour les entreprises commence souvent lors de l’identification de la culture existante: selon l’enquête, les membres des conseils d’administration font en grande partie confiance au feed-back des collaborateurs et des cadres. Moins d’un cinquième des entreprises examinent systématiquement les cas de compliance ou d’autres infractions aux règles – et seulement une société sur vingt a déjà organisé un audit externe de sa culture d’entreprise. Pourtant, elle ne peut être modifiée de manière ciblée que sur la base d’une identification claire et régulière de ses différentes dimensions.

Une combinaison d’actions et de valeurs

Les membres des conseils d’administration se penchent continuellement sur de nouveaux sujets et doivent adapter les stratégies à intervalles de plus en plus rapprochés. Ces réorientations requièrent une analyse et une adaptation de la culture d’entreprise.  

Pour la définir judicieusement, sa raison d’être constitue un bon point de départ: la raison d’être d’une entreprise est révélatrice de la direction à suivre. Une culture d’entreprise est une combinaison d’actions et de valeurs nécessaires pour atteindre les objectifs fixés par l’entreprise. Elle doit être appliquée de manière exemplaire par la direction et portée par les collaborateurs qui soutiennent la finalité. 

Pour répondre aux exigences croissantes des investisseurs, des collaborateurs et du grand public, la définition de la raison d’être (le «purpose» en anglais) d’une entreprise et le développement de sa culture peuvent rendre de précieux services. L’étude de Deloitte a confirmé que les conseils d’administration doivent placer la culture d’entreprise tout en haut de l’ordre du jour, la vérifier régulièrement et la développer de manière ciblée en cas de réorientations stratégiques.

* Enquête disponible sur deloitte.com/ch/swissvrmonitor

Bilan.ch

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."