Bilan

Mirabaud modérément affecté par la pandémie au premier semestre

Mirabaud a offert une certaine résistance aux difficultés posées par le coronavirus, améliorant son bénéfice au premier semestre. Le groupe bancaire a reculé sur passablement de fronts - notamment les recettes et la masse sous gestion - après cependant une année 2019 très fructueuse.

Coronavirus oblige, une grande partie des 700 collaborateurs de Mirabaud ont été contraints au télétravail.

Crédits: Keystone

Entre janvier et fin juin, la masse sous gestion s'est contractée de 5,8% à 32,7 milliards de francs, une baisse imputable à l'impact de la crise du coronavirus sur les marchés financiers, indique vendredi Mirabaud. Sur cette masse, 6,5 milliards sont liés à l'activité de gestion d'actifs.

L'effet marché et devises a réduit les volumes de 5-6% pour la clientèle privée et de 8-10% pour la part institutionnelle, précisent à AWP les associés-gérants Camille Vial et Lionel Aeschlimann.

"Pour la clientèle discrétionnaire, nous avons couvert 50% de la part action entre février et mars, protégeant les comptes gérés, ce qui a été apprécié par les clients", explique Mme Vial. Cette politique prudente a cependant limité l'impact de la forte reprise des marchés intervenue après le trou d'air de mi-mars.

"Dans l'asset management, l'impact a été plus important car l'argent est placé dans des fonds, on est pleinement investi. (...) Mais le rebond a été spectaculaire", souligne Lionel Aeschlimann.

Mirabaud a enregistré des entrées nettes d'argent "supérieures à 500 millions" de francs, expliquent les deux banquiers, sans fournir davantage de précisions. Cité dans un communiqué, l'associé-gérant senior Yves Mirabaud affirme que la collecte a été particulièrement portée par la gestion de fortune.

Le produit d'exploitation s'est contracté de 5,7% sur un an, à 155,3 millions de francs. Dans le coeur de métier de Mirabaud, les opérations de commissions, les recettes ont progressé de 1,9% à 122 millions de francs. "En mars-avril, les clients se sont montrés beaucoup plus actifs dans les mandats de conseil, ce qui a augmenté les revenus de courtage", note Camille Vial.

Télétravail encore pour 50-60% des employés


Les taux négatifs ont maintenu la marge d'intérêt sous pression, avec un produit réduit de 39% à 8,7 millions. "Les deux-tiers de notre bilan sont déposés à la Banque nationale suisse, qui impose un taux de -0,75%, et à la Banque centrale européenne. Notre modèle d'affaires et basé sur le hors bilan et les commissions", rappelle Lionel Aeschlimann.

Les restrictions de voyage imposées globalement dans le sillage de la pandémie ont permis à la banque genevoise de réduire ses coûts de déplacement. La part de rémunération variable des conseillers a également baissé de concert avec la masse sous gestion. Les charges d'exploitation ont ainsi reculé de 3% à 134,9 millions. Le bénéfice net a progressé de 15% environ à 20,4 millions.

Coronavirus oblige, une grande partie des 700 collaborateurs de Mirabaud ont été contraints au télétravail. "Au plus fort de la crise, en mars-avril, nous devions compter 150 personnes au bureau, avec des disparités d'un pays à l'autre. A Dubaï, les autorités ont imposé à toutes les entreprises la fermeture temporaire de leurs bureaux", affirme Camille Vial, qui préside le comité Covid de la banque.

"Il y a eu également des différences selon les lignes de métier. Pour Mirabaud Asset Management et Mirabaud Securities, l'ensemble du personnel s'est retrouvé à la maison en 24 heures grâce à une plateforme informatique sécurisée itinérante", selon M. Aeschlimann. Actuellement, 50 à 60% des employés du groupe sont encore soumis au régime du télétravail.

La banque genevoise réfléchit actuellement à comment intégrer ce mode de fonctionnement, avec pour objectif de permettre à 10-20% du personnel de travailler depuis la maison.

Malgré les turbulences provoquées par la pandémie de Covid-19, l'exercice 2020 devrait être tout sauf mauvais. "Nous aurons une année qui sera dans la moyenne, qui suivra deux années exceptionnelles", prédit Lionel Aeschlimann.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."