Bilan

Mir propose de payer son restaurant en faisant la vaisselle

Pour les besoins d'une campagne de marketing, la marque de liquide vaisselle Mir a proposé aux clients d'un bistrot parisien de payer leur repas en nettoyant couverts et casseroles.
  • Une note en nombre d'assiettes, verres et couverts en lieu et place de la somme en monnaie: c'est la surprise à laquelle les clients de cette brasserie parisienne ont eu droit du 16 au 18 octobre.

    Crédits: Image: Mir
  • A l'extérieur du restaurant, seule la marque apparaissait, sans indication sur l'opération menée dans ce bistrot parisien.

    Crédits: Image: Mir
  • Au moment de l'addition, la note comportait le nombre d'objets de chaque catégorie à nettoyer.

    Crédits: Image: Mir
  • Les clients acceptant le défi pouvaient donc régler l'addition en nettoyant la vaisselle.

    Crédits: Image: Mir
  • L'opération avait pour but de présenter la nouvelle gamme de produits vaisselle du groupe Henkel.

    Crédits: Image: Mir
  • L'opération a permis de faire la vaisselle tout en s'amusant, sous le regard des caméras de Mir.

    Crédits: Image: Mir

Une blanquette de veau à l'ancienne contre deux assiettes, trois casseroles, quatre verres, huit couverts et une poêle; un croustillant de brochet aux légumes d'automne contre six assiettes, un moule à gratin, deux verres et six couverts: c'est la surprise à laquelle les clients du Mir Restaurant, en plein coeur du VIe arrondissement de Paris, ont eu droit entre le 16 et le 18 octobre.

Le Mir Restaurant? En fait, il s'agit en réalité d'un bistrot habituellement nommé La Bastide d'Opio, qui propose généralement des spécialités provençales. Mais la semaine dernière, pendant trois jours, la marque de liquide vaisselle Mir du groupe Henkel, a réalisé une OPA sur les lieux: La Bastide d'Opio est devenue pendant trois jours le Mir Restaurant. Seul le nom indiquant la marque à l'extérieur, mais à l'intérieur, les éviers destinés à la "plonge" avaient été replacés au coeur de la salle, et les clients recevaient une carte indiquant la valeur de chaque plat du menu en nombre d'assiettes, couverts ou casseroles. Et dans la salle, quelques panneaux énigmatiques invitant à «payer en liquide» aiguisaient la curiosité...

Une facture libellée en assiettes, couverts, casseroles

Au moment de la présentation de la note, les convives découvraient donc une facture libellée non en euros, mais en nombre d'assiettes, de couverts, de verres et de casseroles et autres poêles. Pour ceux qui ont relevé le défi, un tablier, des gants, une éponge et des bouteilles de liquide vaisselle les attendaient dans une cuisine là par contre totalement décorée aux couleurs de la marque.

Objectif de cette opération: promouvoir le lancement d'une gamme élargie de parfums et senteurs pour les liquides vaisselle de Mir. Et des dizaines de clients se sont pris au jeu de jeudi à samedi, acceptant de frotter au lieu d'ouvrir le portefeuille. «La "plonge" n'a jamais été aussi ludique et fun», indique Mir sur le site consacré à cette opération. Car les «cobayes» n'ont pas été soumis à des cadences infernales mais ont pu s'amuser, s'arroser et rire, sous l'oeil des caméras déployées là par la marque qui a filmé cette expérience.

Reprenant donc le concept du pop-up store adapté à l'univers de la restauration, Mir a ressuscité le paiement contre service pour ceux ne disposant pas des moyens nécessaires pour régler la note. Une habile campagne de marketing qui devrait déferler dans les jours à venir sur le web et les réseaux sociaux grâce au clip tourné à cette occasion.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."