Bilan

Migros Neuchâtel-Fribourg plonge dans le rouge

Affectée par des corrections de valeur de plusieurs dizaines de millions de francs, la coopérative régionale du géant orange a subi une perte de 73 millions de francs en 2020.

Le chantier du nouveau complexe d'Avry Centre est stoppé.

Crédits: Cabinet d'architectes CCHE

Arrivée à la tête de Migros Neuchâtel-Fribourg (MNF) dans le courant de l’an dernier, la nouvelle administration de cette coopérative régionale du géant orange a été confrontée à plusieurs défis comme le relève son rapport de gestion 2020 qui vient d’être publié. Le premier a été de faire face aux conséquences de la pandémie de coronavirus. Comme dans les autres régions helvétiques, la fréquentation des supermarchés a permis de compenser la baisse des activités du commerce de gros, de la gastronomie et des écoles-clubs. C’est en effet grâce à la hausse de 6,2% à 719 millions de francs dans le commerce de détail que le chiffre d’affaires net a pu croître de 4,2% à 747 millions de francs. Un résultat jugé satisfaisant dans le contexte ambiant.

Un chantier stoppé dans le canton de Fribourg

Avec l’arrêt du chantier du nouveau centre commercial à Avry-sur-Matran, dans les environs de Fribourg, un autre obstacle, lui aussi inattendu, est venu tourmenter les nouveaux dirigeants. En automne dernier, la Direction de l’aménagement, de l’environnement et des constructions du canton de Fribourg a annulé les autorisations qu’elle avait accordées auparavant. En cause: la décision du Tribunal fédéral qui a retourné à l'expéditeur plusieurs plans d’aménagement locaux, dont celui d’Avry-sur-Matran.

Pour MNF, c’est un coup dur. Son projet consiste à démolir le centre commercial actuel (le 2ème plus grand de Suisse romande après Balexert à Genève) pour le remplacer par un immense complexe comprenant des surfaces de vente, des logements, une piscine, etc. L’investissement s’élève à 250 millions de francs. 

Face à cette situation et parce qu’elle a aussi recalculé à la baisse les revenus locatifs prévisionnels, MNF a décidé d’effectuer une correction de valeur de 76 millions de francs de la participation détenue dans la société immobilière Avry Centre. «Nous n’avons pas l’intention de modifier fondamentalement ce projet, mais il s’agit de trouver une nouvelle voie pour avancer. Il est trop tôt pour en dire plus», affirme Thierry Grosjean, président de l’administration de MNF.

126 millions d'amortissements et de corrections de valeur

Ce n’est pas tout. Un ajustement de valeur de 16,6 millions de francs a été réalisé dans la société anonyme AGY Est en raison de la diminution de la rentabilité du site due à la fermeture d’Interio. MNF est à la recherche d’un nouveau locataire. De même, la valeur comptable de l’immeuble comprenant le supermarché Migros de La Neuveville a été revue à sa valeur réelle de rendement par une correction comptable de 7,9 millions de francs.

Au total, les amortissements et corrections de valeur, qui ont atteint la somme de 126 millions de francs, ont plombé le résultat net. Autrement dit, MNF a fait le ménage dans ses comptes afin de coller au plus près de la réalité. Après un bénéfice de 11 millions de francs en 2019, l’exercice 2020 s’est soldé par une perte de 73 millions de francs. Mais la capacité financière de MNF reste solide avec des fonds propres se montant à 50% du bilan.

De nouvelles règles de gouvernance

Enfin, les nouveaux principes de gouvernance d’entreprise du groupe Migros ont été transposés au sein de toutes les coopératives régionales. Les dirigeants de MNF ont donc dû se mettre à la tâche. Désormais, la durée des mandats des membres de l’administration sera limitée à douze ans et leur élection se déroulera tous les deux ans, et non plus tous les quatre ans. Un membre de la direction générale ne pourra plus rejoindre l’administration de MNF. De son côté, l’administration de la Fédération des coopératives Migros à Zurich a créé un comité qui pourra déposer des demandes de sanction dans la communauté Migros si «la bonne réputation l’exige.»

Ces modifications des statuts découlent de l’affaire Damien Piller, qui a présidé l’administration de MNF jusqu’au 30 juin 2020. Une année plus tôt, la coopérative a déposé à l’encontre de l’homme d’affaires fribourgeois une plainte pénale auprès du Ministère public fribourgeois pour soupçons de gestion déloyale qualifiée. Aujourd’hui, l’enquête suit toujours son cours.

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix BZ du journalisme local 1991, Prix Jean Dumur 1998, AgroPrix 2005 et 2019.

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."