Bilan

Michel Ducros lance l’hôtel des gourmets

Créer un concept hôtelier quand on est actif dans l’épicerie de luxe, ce n’est pas évident. Situé place de la Madeleine à Paris, le premier hôtel 5 étoiles Fauchon est convaincant. Visite.

«J’ai toujours pensé que Fauchon serait tout à fait capable d’élargir son territoire à l’art de vivre.»

Crédits: Valery Hache/AFP

Vous êtes gourmand, vous n’avez pas peur du magenta ou du rose poudré, vous aimerez l’Hôtel Fauchon qui s’est ouvert le 1er septembre au cœur de la Madeleine à Paris. En effet, Samy Vischel, président du groupe Fauchon, qui a passé cinq ans à développer la marque au Moyen-Orient et par ailleurs beau-fils de Michel Ducros, a eu la bonne idée d’offrir aux clients de l’hôtel un assortiment de produits Fauchon. 

A cette fin, la société de mobilier Roche Bobois a inventé le «Gourmet Bar» qui équipe chacune des 54 chambres, dont 17 suites, et qui a été imaginé par le designer Sacha Lakic. Cette «armoire à friandises» de couleur rose poudré est remplie à la fois de trésors sucrés et salés, ainsi que du fameux champagne rosé Fauchon. Le but est de faire ainsi découvrir aux clients de l’hôtel un assortiment de produits proposés par l’épicier haut de gamme, et de leur rappeler qu’ils sont les hôtes du premier «hôtel des gourmets». Autre touche gourmande: le macaron créé tout spécialement pour l’hôtel, «Une nuit à Paris», doux mélange de rose et de thé vert. On le trouve un peu partout dans les étages, de quoi diffuser son parfum jusqu’à nos capteurs olfactifs. Malin et efficace. 

Pour élargir la panoplie aux mets chauds, entre autres, rien n’empêche l’hôte de passage d’aller prendre place au Grand-Café Fauchon situé au rez-de-chaussée avec vue panoramique sur la place de la Madeleine. Fauchon L’Hôtel Paris est également équipé de son propre spa, lequel a développé des protocoles de soins avec Carita, notamment une méthode de massage. Certaines huiles dégagent d’ailleurs des senteurs de pâtisseries, vanille, caramel, myrtille.

L’hôtel compte 54 chambres, dont 17 suites. La décoration intérieure a été faite en respectant les codes couleurs de Fauchon.

Retour aux origines

«J’ai toujours pensé que Fauchon serait tout à fait capable d’élargir son territoire
à l’art de vivre, dans son style français contemporain. Cela s’inscrit dans l’histoire de notre marque née à la Madeleine il y a plus de 130 ans. Restait à trouver les moyens nécessaires, hommes et capitaux. Fauchon a trouvé les deux», confie Michel Ducros, propriétaire du groupe. Les capitaux proviennent notamment de la coentreprise créée avec Esprit de France, filiale de la Compagnie Lebon, cotée à la Bourse de Paris, qui exploite une collection d’une douzaine hôtels de charme, principalement à Paris. 

Le groupe Fauchon contrôle 51% de la coentreprise, mais les deux partenaires gèrent l’hôtel parisien de façon concertée.  Concrètement, Esprit de France supervise l’exploitation hôtelière grâce à son savoir-faire et à son organisation adaptée. Michel Ducros n’a pas eu de mal non plus à convaincre son ami Bernard Lambert, qui a présidé les Hôtels Méridien et qui fut directeur général de la Société des Bains de Mer à Monaco, de le rejoindre au sein de l’équipe réunie autour du projet. Une équipe constituée de professionnels reconnus: Emmanuelle Mordacq, expert en marketing hôtelier qui a contribué au développement de la marque M Gallery chez Accor, et Jacques-Olivier Chauvin, qui a dirigé Relais & Châteaux pendant dix ans et qui présidera la société Fauchon Hospitality, chargée du développement de la marque dans le monde.

(Crédits: Gilles Trillard)

«il faut que tout soit parfait»

Outre le volet gourmand, le 5-étoiles se distingue par d’autres qualités et, en particulier, sa literie et l’absence de nuisances sonores malgré sa situation très centrale. «Pour qu’on se souvienne de ces détails positifs, il faut que tout le reste soit parfait», relève avec justesse Samy Vischel, passé par l’Ecole hôtelière de Lausanne (volée 2008). Parmi les retours clients, on mentionne, par exemple, la présence d’un sèche-cheveux Dyson ou le confort des pantoufles… Autre point fort: le parquet teinté dans la masse, devenu noir et silencieux lui aussi. Pour s’assurer une propreté optimale, l’hôtel a choisi de ne pas externaliser cette tâche. Sa cheffe gouvernante et sa seconde viennent du Ritz. Pas étonnant dès lors que ce 5-étoiles ait été admis au sein de la chaîne des Leading Hotels of the World qui impose une charte qualitative d’environ 500 points, aux côtés du Royal Monceau, de la Réserve Paris, du Lutetia ou du Ritz Paris.

L’hôtel propose à sa clientèle, par exemple, des promenades privées à bord d’un vaporetto vénitien pour découvrir Paris au fil de l’eau. Ce bateau taxi restauré avec minutie peut embarquer six privilégiés pour y déguster les produits du traiteur avec une coupe de champagne à la main, tout en admirant la Ville Lumière. Un must.

Pourquoi un premier Fauchon L’Hôtel à Paris? En fait, il s’agit d’une opportunité incroyable, dans le berceau historique de la Maison Fauchon. En effet, c’est ici, place de la Madeleine, qu’Auguste Fauchon a ouvert en 1886, à tout juste 30 ans, sa première épicerie. Ce premier magasin existe encore, après avoir été totalement rénové en 2005, puis en 2007 par le designer Christian Biecher. «Lorsque j’ai appris que Jones Lang LaSalle (JLL) lançait en octobre 2014 un appel d’offres pour l’exploitation future d’un hôtel 5 étoiles à cet emplacement, je me suis dit qu’il s’agissait d’une occasion unique qui ne se représenterait plus. Vingt dossiers avaient été envoyés, mais Fauchon n’avait pas été identifié par JLL, à juste titre, comme un exploitant hôtelier», se souvient le propriétaire du groupe Fauchon. Finalement, le bail a été signé en juillet 2015 entre le propriétaire des murs des deux immeubles concernés, Elysées Licorne, et Eucelia Investments (holding regroupant les investissements de la famille Ducros). 

Avant de pouvoir s’occuper de la décoration intérieure (tapis, mobilier, moquette), laquelle respecte les codes couleurs de Fauchon (or, noir, magenta), d’importants travaux ont été nécessaires. Il a fallu casser un étage pour augmenter les hauteurs sous plafond et rajouter des ascenseurs au sein de ces immeubles hausmanniens. De plus, dès lors que l’on se situe à moins de 500 mètres d’un monument historique, le chantier est supervisé en permanence par les Architectes des Bâtiments de France. 

Jusqu’au japon

Après cette première ouverture parisienne, Samy Vischel et Jacques-Olivier Chauvin ont prévu de décliner la marque Fauchon L’Hôtel dans une collection d’une vingtaine d’hôtels d’ici une décennie: «Nous visons des villes de destination attractive: Kyoto, avant Tokyo, car elle rassemble un mix de clientèle de loisirs et de clientèle d’entreprises, en provenance du monde entier. Pour l’anecdote, Kyoto est le berceau du groupe Takashimaya, notre partenaire japonais depuis quarante ans. Le Japon est, en effet, le deuxième marché de Fauchon après la France. Autre choix: Vancouver, ville qui est un carrefour de civilisations, mais aussi Miami, Lisbonne, le Brésil, la Chine…»  


Michel Ducros est à la tête d’une fortune estimée par Bilan entre 100 et 200 millions de francs.

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT À BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef adjoint à Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également responsable du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Bilan vous recommande sur le même sujet

Les derniers Articles Entreprises

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."