Bilan

Merck et la Suisse, une relation durable

Implanté depuis 90 ans, le géant pharmaceutique allemand Merck n'a pas fini de conquérir la Suisse. Avec déjà 11 sites à son actif répartis sur tout le territoire, un nouvel édifice devrait voir le jour en 2023 à Aubonne.

Le dernier investissement de Merck en Suisse s'élève à 165 millions de francs.

Crédits: Keystone

Après 90 ans passés aux quatre coins de la Suisse, le géant pharmaceutique allemand Merck continue de se déployer sur le territoire. C’est à Aubonne, ce jeudi, que la première pierre de son nouvel édifice a été posée. Opérationnel en 2023, ce prochain site de production à 165 millions de francs démontre encore une fois l’importance de la Suisse pour Merck et le domaine de la biotechnologie.  

Crédits: Keystone

Merck conquit la Suisse

Tandis qu’en 2012, Merck Serono quittait Genève et supprimait 1250 emplois, provoquant au passage un tollé général, le groupe pharmaceutique a depuis su redorer son image. Avec 1,3 milliards de francs investis durant la dernière décennie, Merck a mis les bouchées doubles sur ses onze sites helvétiques.

Ainsi, depuis dix ans, l’entreprise pharmaceutique (la plus ancienne au monde) qui produit des médicaments issus de la biotechnologie n’a cessé de voir son influence croître sur le sol suisse. 2’300 employés sont désormais répartis entre Aubonne, Corsier-sur-Vevey, Eysins, Coinsins et la Suisse alémanique. Plaçant Merck parmi les 24 meilleurs employeurs du pays cette année, selon l’institut Top Employers.

Mais la force de Merck se situe également dans de nombreux partenariats avec des institutions telles que l’Organisation Mondiale de la Santé et la Fondation Acide Folique Suisse. Ou encore dans l’aide à la création de start-up helvétiques comme Obseva à Genève.

Crédits: Merck Avril 2018

Des conditions cadres inégalables

Subsiste alors une question cruciale: pourquoi un tel attrait pour la Suisse? «Les conditions cadres ici sont uniques pour le domaine de la biotechnologie», répond Thibaud Stoll, directeur des sites de production de Merck au niveau mondial. «Les 470 personnes engagées en quatre ans témoignent de cette attractivité», ajoute-t-il.

Le responsable des sites n’a d’ailleurs aucun mal à dresser une liste de qualités qu’offre la région. Fiscalité, personnel hautement qualifié, intérêt des spécialistes de l’étranger et surtout l’aspect mobilité. «Tel un hub biotech, une grande partie de nos produits partent de notre site actuel d’Aubonne et sont envoyés dans plus de 150 pays du monde entier», ajoute Mr Stoll.

>> À lire aussi: Famille Merck

Un engouement pour l’arc lémanique que partage Belén Garijo, PDG de la branche santé de Merck. «Nous avons beaucoup d’ambition pour le futur, et notre expansion en Suisse en est l’expression», souligne-t-elle, invoquant la qualité des infrastructures, de la main-d’œuvre et de l’environnement qui est favorable à l’innovation. Des aspects qu’elle retrouve notamment sur le site d’Aubonne.  

Une concentration vaudoise

Sur les onze sites helvétiques, deux d’entre eux occupent une place prépondérante pour Merck: celui de Vevey où l’on produit des principes actifs, et celui d’Aubonne, inauguré en 2017 pour le remplissage aseptisé. Ces deux communes vaudoises font parties des 18 sites de production au monde du groupe pharmaceutique.

Pour le conseiller d’Etat vaudois, Philippe Leuba, il n’y a pas de doute: Merck est l’entreprise phare de la Health Valley qui accueille déjà 360 entreprises et 400 laboratoires. «En investissant des montants colossaux comme ce dernier en date de 165 millions de francs, Merck offre des perspectives réjouissantes pour le canton, les employés et les patients», précise-t-il. Avant d’ajouter que «la biotech est un secteur d’avenir et le canton de Vaud commence à peser dans ce domaine, notamment grâce à Merck.»

Toujours plus d’investissements

En attendant l’inauguration du second site d’Aubonne en 2023, Merck ne compte pas en rester là et prospecte déjà à la recherche de nouveaux investissements. «On essaie d’anticiper la demande croissante de nos produits et pour cela nous devons réaliser des évaluations selon différents critères, envisager des sites où nous ne sommes pas encore présents, etc. Et cela prend du temps», indique Thibaud Stoll.

Une chose est sûre, Aubonne c’est terminé. «Avec nos 3'400 mètres de surface nous atteindrons la taille optimale, nous occuperons déjà toute la surface possible donc ce sera le dernier site construit ici», confirme le responsable. Sachant que Merck ne compte pas s’arrêter en si bon chemin dans sa quête d'expansion helvétique, l’information pourrait bien éveiller l’intérêt des communes et cantons voisin(e)s.

Crédits: Merck Avril 2018
Mullerjulieweb
Julie Müller

Journaliste

Lui écrire

Du Chili à la Corée du Sud, en passant par Neuchâtel pour effectuer ses deux ans de Master en journalisme, Julie Müller dépose à présent ses valises à Genève pour travailler auprès de Bilan. Quand cette férue de voyages ne parcourt pas le monde, elle se débrouille pour dégoter des mandats dans les rédactions de Suisse romande. Tribune de Genève, 24 Heures, L'Agefi, 20minutes ou encore Le Temps lui ont déjà ouvert leurs portes. Formée à tous types de médias elle tente peu à peu de se spécialiser dans la presse écrite économique.

Du même auteur:

Malgré les turbulences, les agences de voyage gardent le cap
Bouche à oreille, le laissé pour compte du marketing

Bilan vous recommande sur le même sujet

Les derniers Articles Entreprises

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."