Bilan

L'un des mastodontes de l'aluminium élit une femme à sa tête et subit une cyberattaque

L'un des plus gros producteurs d'aluminium au monde, Norsk Hydro, connaît un début de semaine mouvementé. Lundi, l'entreprise qui a nommé à sa tête une femme, était mardi la victime d'une cyberattaque.

Le titre de la marque a perdu près de 25% sur un an à la Bourse d'Oslo.

Crédits: AFP

Une femme de 61 ans, Hilde Merete Aasheim, a pris lundi les rênes de Norsk Hydro, l'un des plus gros producteurs d'aluminium au monde, en remplacement de Svein Richard Brandtzaeg qui part à la retraite. Le changement à la tête de l'entreprise survient alors que celle-ci est engluée depuis un an dans une crise au Brésil, qui a lourdement pesé sur ses résultats et le cours de son action.

La plus grande raffinerie d'alumine (ingrédient de base de l'aluminium) au monde, Alunorte, détenue à 92% par Norsk Hydro, est contrainte depuis mars 2018 à ne produire qu'à 50% de ses capacités sur ordre des autorités norvégiennes qui l'ont accusée d'être à l'origine de rejets toxiques, ce que le groupe dément. Malgré des signes de progrès, y compris un accord conclu avec les autorités sur une batterie de mesures sociales, opérationnelles et environnementales, Norsk Hydro attend toujours une décision de justice l'autorisant à produire de nouveau à plein régime.

Son titre a perdu près de 25% à la Bourse d'Oslo sur un an. «Je suis convaincue que nous avons les moyens de transformer une situation actuelle difficile, pour Hydro et pour l'industrie mondiale de l'aluminium, en opportunités qui renforceront l'entreprise pour l'avenir», a affirmé Mme Aasheim dans un communiqué. Mme Aasheim sera l'une des rares femmes à occuper les plus hautes fonctions dirigeantes dans l'industrie minière mondiale.

Débuts compliqués

Le baptême du feu de la nouvelle directrice aura eu lieu plus vite que prévu. Mardi, l'entreprise a été la cible d'une attaque informatique d'origine indéterminée qui affecte ses opérations. «Hydro a été victime d'une cyberattaque massive mardi au petit matin, impactant les opérations dans plusieurs secteurs d’activité de la société», a indiqué le groupe dans un communiqué. 

L'action a notamment baissé à la Bourse d'Oslo, abandonnant 1,90% dans les premiers échanges. Interrogé par l'AFP, un porte-parole du groupe, Halvor Molland, a indiqué qu'il était trop tôt pour mesurer les effets de l'attaque sur la production et pour en déterminer l'origine. «Notre département informatique s'active pour circonscrire les effets», a-t-il dit.

Certains sites ont déconnecté leurs systèmes informatiques et basculé en mode manuel pour pouvoir poursuivre leurs activités. Le site internet du groupe était toujours inaccessible mardi dans la matinée. L'Autorité de sécurité nationale (NSM), spécialisée dans les cyberattaques, a dit assister Norsk Hydro dans ses efforts. «Nous essayons évidemment d'identifier une éventuelle propagation mais nous n'avons rien détecté pour l'instant», a déclaré la directrice de la communication de la NSM, Mona Strøm Arnøy, à l'AFP.

Bilan vous recommande sur le même sujet

Les derniers Articles Entreprises

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."