Bilan

Lufthansa plus pessimiste pour 2021 face à une pandémie persistante

Le premier groupe européen de transport aérien Lufthansa s'est montré jeudi plus pessimiste sur l'évolution du trafic en 2021 malgré une forte progression attendue cet été, alors que la pandémie de Covid-19 continue de plomber le secteur.

Au premier trimestre, Lufthansa n'a proposé que 21% du niveau de 2019 et a transporté 3 millions de passagers, soit 10% comparé au niveau d'avant la pandémie.

Crédits: Keystone

L'entreprise, durement touchée par les effets de la crise sanitaire, et sauvée de la faillite par l'Etat allemand, s'attend à une offre à "près de 40%" du niveau pré-pandémie en moyenne sur l'année -- en bas de la fourchette de 40% à 50% annoncée jusque-là.

Cet indicateur phare, qui représente le nombre de sièges offerts à la réservation, ajusté par la compagnie en fonction de la demande attendue, avait atteint 31% en 2020.

Reprise lente


"Des restrictions persistent dans presque toutes les régions du monde" et affectent 83% des liaisons mondiales, selon la compagnie. La reprise de la demande au deuxième trimestre ne sera donc que "progressive".

La reprise attendue a été "repoussée de quelques mois" en raison de la "haute incidence, qui empêche les gouvernements de rouvrir", a noté le directeur financier, Remko Steenbergen.

Au premier trimestre, Lufthansa n'a proposé que 21% du niveau de 2019 et a transporté 3 millions de passagers, soit 10% comparé au niveau d'avant la pandémie.

"Etant donné les grandes avancées en vue sur la vaccination, nous partons du principe que la demande augmentera fortement à partir de l'été", a commenté le patron Carsten Spohr. "Nous considérons comme essentiel le pass sanitaire européen de voyage", a-t-il ajouté, s'attendant toutefois cet été à "un mélange" de solutions nationales et européennes.

Lufthansa, qui regroupe les compagnies Swiss, Austrian Airlines et Brussels Airlines, doit atteindre un seuil de 50% des capacités pour couvrir ses frais et s'est préparé à mobiliser rapidement jusqu'à 70% de l'offre pré-pandémie.

Cet été, le groupe attend "plus ou moins" 50%, selon M. Spohr.

M. Steenbergen estime que les premières liaisons intercontinentales "commenceront à rouvrir à l'automne". Il mise en 2022 sur 70% des capacités pré-pandémie, avant d'atteindre 80% en 2023 et la quasi-normalité en 2024.

Augmentation de capital


Pour la période de janvier à mars, le chiffre d'affaires à chuté de 60% à 2,6 milliards d'euros comparé au premier trimestre 2020, qui avait compté deux premiers mois quasi-normaux.

"Grâce à des économies conséquentes", selon Carsten Spohr, le groupe a limité sa perte nette au premier trimestre à 1 milliard d'euros, contre une perte de 2,1 milliards début 2020, faisant légèrement mieux qu'attendu par les analystes.

En 2020, la perte nette avait atteint 6,7 milliards d'euros, un record.

En parallèle, Lufthansa traverse une vaste restructuration et va se séparer d'ici 2023 de 150 appareils, entraînant des milliers de suppressions de postes. L'entreprise comptait à la fin du trimestre 19% d'employés de moins que l'année dernière.

Le sort de 10.000 postes en Allemagne reste en suspens, conditionné à des mesures d'économies supplémentaires. Le groupe n'exclut pas des licenciements, notamment chez les pilotes, à l'expiration d'une garantie d'emploi début 2022.

Le groupe a brûlé en moyenne 235 millions d'euros de cash par mois -- nettement moins que la somme d'un million par heure qui avait marqué les esprits au plus fort de la crise sanitaire. Il s'attend toujours pour l'année en cours à une perte opérationnelle ajustée "plus faible" qu'en 2020.

Le directoire demandera d'ailleurs lors de l'assemblée générale des actionnaires de pouvoir augmenter le capital de l'entreprise jusqu'à 5,5 milliards d'euros, cette option pouvant s'exercer "cette année ou l'année prochaine", selon le directeur financier.

Ces fonds serviront "en grande partie" à rembourser l'aide publique en milliards perçue l'année dernière, selon le discours de Carsten Spohr aux actionnaires, publié en avance jeudi.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."