Bilan

Lonza affiche une rentabilité en forte baisse

Le fabricant bâlois de spécialités chimiques affiche une performance en net repli au 1er semestre. Il va concentrer les activités de biologie microbienne sur son site valaisan de Viège.
Poursuivant la restructuration de ses activités, Lonza affiche une performance semestrielle en fort repli. Alors que les ventes du fabricant bâlois de spécialités chimiques et composants pour l’industrie pharmaceutique ont fléchi en un an de 11,2% à 1,74 milliard de francs, son bénéfice net a chuté de plus de moitié (-51,2%) à 41 millions.

Le résultat d’exploitation avant intérêts et impôts (EBIT), y compris un amortissement lié à la fermeture à venir du site américain de Hopkinton, s’est tassé lui de 31,3% à 112 millions de francs, a indiqué jeudi le groupe bâlois dans son rapport semestriel. Corrigé de cet effet unique, il s’inscrit à 181 millions de francs, en hausse de 11%.

D’un point de vue opérationnel, les divisions Specialty Ingredients et Pharma&Biotech ont réalisé de meilleurs résultats qu’attendu. Aucun chiffre n’a toutefois été avancé. Le secteur Specialty Ingredients a bénéficié d’une forte demande pour les produits agrochimiques, ainsi que pour ceux de haute performance. Ces résultats ont permis de contrebalancer de plus faibles ventes dans l’activité des eaux récréatives.

Analystes déçus

Ces résultats déçoivent nettement les attentes des analystes, notamment au niveau du bénéfice net, estimé à 64 millions de francs. Selon le consensus AWP, le résultat opérationnel était attendu à 143 millions de francs et les ventes à 1,82 milliard. A la Bourse suisse, le titre Lonza cédait en fin de matinée 2,75% à 72,6 francs. Dans le même temps, le marché élargi (SLI) affichait une baisse de 0,77%.

Le site de Viège renforcé

Dans le cadre de sa restructuration, Lonza a décidé de concentrer les activités de biologie microbienne sur son site valaisan de Viège. La mesure entraînera le transfert de la production de l’usine de Hopkinton. Celle de St-Beauzire, à côté de Clermont-Ferrand, en France, fermera ses portes durant le 4e trimestre. Ces mesures entraîneront une réduction de l’effectif de près de 250 emplois.

La révision du portefeuille se poursuit en outre avec le début du désinvestissement de Wood Treatment. Le groupe va évaluer toutes les options stratégiques pour cette activité.

Lonza a également annoncé la fin de sa coentreprise avec l’israélien Teva, numéro un mondial des médicaments génériques. Cette décision permettra au groupe bâlois de réduire ses investissements de plus de 150 millions de francs lors des trois prochaines années.

Restructuration pas terminée

Le directeur général Richard Ridinger s’est dit très satisfait des progrès significatifs réalisés dans la restructuration du groupe. «La réorganisation de l’entreprise, entamée au premier trimestre, va nous permettre de transformer Lonza d’une société orientée sur les produits en une société orientée sur les marchés».

La restructuration du groupe n’est toutefois pas encore terminée. «Le passage en revue du portefeuille se poursuit», a indiqué M. Ridinger lors d’une conférence téléphonique. Le groupe anticipe notamment une réduction des coûts de 100 millions de francs d’ici 2016.

Pour l’ensemble de l’année, Lonza confirme ses objectifs, soit une croissance du résultat opérationnel core d’environ 10%. Le groupe s’attend également à une croissance solide pour 2014. Il précise en outre que la réduction de la dette reste une priorité.
Christine Talos

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."