Bilan

Lindt & Sprüngli renoue avec la croissance

Après un léger repli de ses ventes en 2011, le chocolatier zurichois a accru son chiffre d'affaires de 7,3% par rapport à l'année précédente à 2,67 milliards de francs.
Lindt & Sprüngli a renoué avec la croissance l'an passé malgré un contexte économique difficile, notamment dans le sud de l'Europe.

La croissance organique en devises locales s'est elle inscrite à 6,8%, une évolution conforme à l'objectif à moyen terme fixé entre 6 et 8%, a précisé mardi le chocolatier établi à Kilchberg. Si Lindt & Sprüngli a continué de souffrir de la faiblesse de l'euro au regard du franc, le groupe a en contrepartie bénéficié de la légère appréciation du dollar et de la livre sterling.

La performance a légèrement dépassé les attentes des analystes, lesquels, interrogés par l'agence AWP, tablaient en moyenne sur un chiffre d'affaires de 2,663 milliards de francs et une croissance organique en monnaies locales de 6,3%. Au regard du premier semestre, durant lequel Lindt & Sprüngli avait accru ses ventes de 2,8% en francs, la croissance s'est accélérée en deuxième partie d'année.

Le groupe des bords du lac de Zurich a indiqué avoir gagné des parts de marché pratiquement dans tous les pays et toutes les catégories. Il est ainsi parvenu à progresser plus rapidement que le marché global du chocolat, lequel a crû entre septembre 2011 et octobre 2012 de 1%, selon des chiffres de Nielsen cités en novembre dernier par le numéro un mondial de la branche, Barry Callebaut.

Croissance aux Etats-Unis

Lindt & Sprüngli note en particulier une progression «extrêmement réjouissante» des ventes dans ses plus grands marchés, notamment les Etats-Unis, premier débouché du groupe. En Amérique du Nord, l'expansion a dépassé la moyenne, le chiffre d'affaires y augmentant à un taux à deux chiffres en devises locales.

L'entreprise zurichoise, connue notamment au travers de sa communication avec les «maîtres chocolatiers», fait également part d'évolutions favorables sur ses principaux marchés européens, à savoir l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne. En revanche, les ventes ont fléchi en Italie, après avoir progressé de 3% en 2011.

Lindt & Sprüngli a également accru ses ventes en Suisse, malgré une âpre concurrence. La société note aussi des «progrès très réjouissants» en Australie et sur les marchés émergents. Dans ces régions, l'entreprise a étendu sa présence tant dans le commerce de détail que dans les canaux de ventes hors taxes.

L'an passé, le chocolatier a ainsi fondé deux nouvelles filiales à Shanghai, en Chine, et à Moscou, afin de disposer sur ces marchés «prometteurs» de son propre réseau de vente. Il en avait fait de même en 2011 en Afrique du Sud.

Rentabilité attendue

Côté rentabilité, Lindt & Sprüngli attend un bénéfice d'exploitation (EBIT) dont la croissance dépassera celle du chiffre d'affaires. Lindt & Sprüngli donnera plus de détails sur son exercice 2012 lors de sa conférence de presse de bilan le 15 mars à son siège de Kilchberg.

En 2011, l'entreprise a dégagé un bénéfice net de 246,5 millions de francs, pour un chiffre d'affaires de 2,49 milliards. Au premier semestre 2012, le résultat net s'est inscrit à 36,6 millions et le chiffre d'affaires à 1,033 milliard. L'EBIT s'est lui hissé à 48,7 million.

Les investisseurs ont salué les premiers chiffres dévoilés par Lindt & Sprüngli. Après 40 minutes de négoce à la Bourse suisse, le titre du chocolatier bondissait de 3,11% ou 1120 francs par rapport à la clôture de la veille à 37'095 francs. L'indice élargi Swiss Performance Index (SPI) gagnait dans le même temps 0,35%.

Jérémy Santallo

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."