Bilan

Les Suisses fanatiques de vélos électriques

Devenu un moyen de transport courant, le deux-roues à moteur remplace la deuxième voiture dans les foyers. Les entreprises suisses profitent du boom.

Vincent Ebiner, fondateur du magasin dédié Easycycle.

Crédits: Olivier Evard

«Le vélo électrique remplace maintenant la deuxième voiture dans les foyers, pour des raisons d’économies ou de souci écologique. Nous voyons aussi des couples se remettre à la randonnée à vélo, séduits par la facilité dans la montée. Les VTT électriques sont très tendance.» A Gilly (VD), Vincent Ebiner a ouvert il y a dix ans Easycycle, un des premiers magasins entièrement dédiés au deux-roues électrique.

«A l’époque, ce type de mobilité intéressait surtout les personnes à mobilité réduite et les écologistes les plus engagés. Mais les ventes n’ont pas cessé de se développer, si bien que nous exploitons aujourd’hui trois magasins. La clientèle va du branché urbain au professionnel itinérant qui veut un véhicule utilitaire.»

Un essor que confirment les statistiques. En 2015, un vélo sur cinq vendus en Suisse était un modèle électrique, selon Vélo Suisse, l’association suisse des fournisseurs de bicyclettes. Par son confort d’utilisation, le vélo électrique a séduit toute une nouvelle clientèle qui désire se déplacer de la manière la plus pratique plutôt que pédaler pour faire du sport. A ces utilisateurs s’ajoutent les fans de vitesse ou de longs trajets. Ce succès a par ailleurs conduit le Touring Club Suisse (TCS) à lancer en août dernier un service de dépannage destiné aux bicyclettes, qu’elles soient électriques ou mécaniques.

Déjà 350  000 vélos électriques roulent dans le pays, où quelque 80 fournisseurs réalisent près d’un milliard de francs de chiffre d’affaires. Un secteur qui occupe 5000 salariés, auxquels s’ajoutent un millier de personnes employées auprès d’indépendants. Tendance du moment, le mountain bike électrique, dont les ventes ont bondi de 44% en 2015, selon l’Office suisse de conseil pour deux-roues.

«Les marques suisses représentent quelque 30% du marché, reprend Vincent Ebiner. Il y a aussi beaucoup de fabricants en Allemagne. Les prix démarrent à 2500 fr. Il faut compter entre 3 000 et 3500 fr. pour un produit de qualité. Un bon vélo est le résultat du meilleur compromis entre la puissance du moteur, la taille et la capacité des batteries, le poids total et le design», synthétise Vincent Ebiner.

Biketec soutenu par Genilem

Le marché helvétique est dominé par le fabricant Biketec, basé à Huttwil (BE) et sa marque Flyer. Les fondateurs de l’entreprise ont reçu à la fin des années 1990 une impulsion de Genilem, l’association genevoise qui soutient la création d’entreprises innovantes, alors présidée par Armand Lombard. La société s’appelle à cette époque BKTech et crée des prototypes électriques dans un garage à Berthoud (BE). En 2001, la firme Biketec reprend les activités de BKTech et développe efficacement les affaires. Symbole de cette réussite, une usine inaugurée en 2009 dont la capacité de production est de 400 vélos Flyer par jour. La firme emploie 220 collaborateurs à Huttwil et une quarantaine entre les Pays-Bas, l’Allemagne et l’Autriche. 

Dans la région saint-galloise, les producteurs de vélos traditionnels Tour de Suisse et Cresta ont chacun lancé des lignes électriques. Parmi les marques les plus connues, Stromer, fondée en 2009, a été acquise en 2013 par le groupe BMC d’Andy Rihs, fondateur de Sonova (anciennement Phonak). Toutefois, la marque haut de gamme, dont les prix démarrent à 3900 fr., peine à sortir des chiffres rouges.  

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."