Bilan

Les salaires des pays du Sud rattrapent ceux du Nord

Et si miser sur les salaires bas des pays en développement n'était qu'un calcul de court terme? Une étude estime que les écarts de rémunérations entre les pays en développement et développés va se réduire significativement d'ici 2030.
  • La menace des délocalisations plane sur de nombreuses entreprises de secteurs très variés de l'économie des pays développés depuis plusieurs décennies. Crédits: Keystone
  • Le principal argument en faveur de ces délocalisations, le coût salarial, devrait perdre de sa pertinence d'ici 2030 avec une réduction du différentiel entre les salaires des pays émergents et ceux des pays développés. Crédits: Reuters
  • Les multinationales doivent réagir face à la hausse des salaires dans les pays émergents s'ils veulent maintenir leurs marges. C'est ainsi que H&M a récemment investi en Ethiopie. Crédits: Reuters
  • L'évolution des différentiels de coûts de la main-d'oeuvre dans une sélection de pays par rapport aux Etats-Unis (base 100). Crédits: Freitext
  • Les coûts salariaux en 2011 montrent d'énormes amplitudes entre les rémunérations dans les pays développés et les pays en développement. Crédits: Freitext
  • En 2030, les différences sont moins importantes entre les coûts salariaux, à la faveur d'une hausse moins rapide dans les pays développés. Crédits: Freitext
Est-il toujours rentable de délocaliser de Suisse vers les pays émergents si la raison principale du choix réside dans les bas salaires? Pas si sûr à en croire la dernière étude du cabinet de conseil PWC (PricewaterhouseCoopers) publiée samedi 28 septembre.

Selon celle-ci, les écarts de salaires entre économies développées et économies en développement devraient sensiblement diminuer d'ici 2030. Pas de rattrapage intégral à attendre, mais le différentiel pourrait être sensiblement revu à la baisse dans les deux décennies à venir.

La Chine voit déjà ses salaires décoller

Le mouvement est déjà engagé avec des rémunérations qui ont augmenté de 181% entre 2004 et 2012 en Chine. Dans le seul secteur textile, la hausse s'accélère même avec +25% en 2012 et sans doute +20% en 2013.

Certes, le rattrapage sera progressif et différencié selon le pays concerné. Ainsi, les salaires en Inde et aux Philippines devraient rester parmi les plus faibles au monde. Mais les rémunérations moyennes pourraient néanmoins quadrupler d'ici 2030 dans le sous-continent (de 132 dollars en 2011 à 616 dollars en 2030) et tripler dans l'archipel (de 169 dollars à 581 dollars).

Le différentiel sera réduit

Or, en Europe ou aux Etats-Unis, la hausse sera largement moins importante sur la même période: de 3821 dollars à 5022$ en France, de 3482$ à 4574$ aux États-Unis, de 3466$ à 4911$ en Allemagne ou encore de 3433$ à 4665$ au Royaume-Uni. Une croissance comprise entre +25 et +35% pour la plupart des pays développés.

Logiquement, ces évolutions comparées conduisent à une réduction du différentiel entre les salaires réels (tous coûts salariaux cumulés) entre pays en développement et pays développés. Ainsi, le rapport entre le salaire réel moyen indien et ses équivalents français et allemand devrait passer de 28 et 26 respectivement en 2011 à 8 en 2030. Entre États-Unis et Mexique, le rapport pourrait passer de 7 à 4.

Les premières relocalisations

De fait, le ralentissement du mouvement de délocalisations pourrait se poursuivre. Les directions d'entreprises pourraient être moins enclines à fermer leurs sites de production ici pour relocaliser dans les pays où le coût de la main-d’œuvre reste plus bas.

Mais pas question d'enterrer les délocalisations pour autant. Déjà car cette tendance de rattrapage des niveaux de salaires sera progressive. Ensuite, le différentiel, même en 2030, pourrait rester suffisant pour que certaines sociétés fassent le choix d'une délocalisation de la production ou de certains services en Chine, au Pakistan ou au Brésil.

Mais surtout, de nouvelles stratégies de délocalisations pourraient émerger. C'est ainsi que H&M a récemment investi en Éthiopie au détriment de ses sites de production textile en Chine.

Les coûts de l'énergie et du transport

Main-d’œuvre moins chère que dans les pays où l'évolution est rapide, proximité plus grande avec les marchés principaux (Europe et États-Unis), d'autres avantages peuvent être trouvés. En rapprochant les sites de production des débouchés, les entreprises pourraient ainsi mieux maîtriser la chaîne d'approvisionnement et voir leurs coûts de transport réduits.

Pas forcément un mauvais calcul à l'heure où les coûts de l'énergie augmentent parfois aussi vite que les coûts de la main-d’œuvre. Car la hausse des salaires est fortement liée à la croissance du PIB, ainsi que l'explique cette vidéo.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."