Bilan

Les Grangettes prêtes à prendre 30% de la clinique Générale-Beaulieu

L’établissement de Chêne-Bougerie prévoit de racheter les parts détenues par la société financière zurichoise Albin-Kistler.

En décembre, c’est une offre du Genolier Swiss Medical Network qui avait été déclinée.

La clinique des Grangettes est sur le point d’acquérir 30% de la Clinique Générale Beaulieu. L’établissement de Chêne-Bougerie prévoit de racheter les parts détenues par la société financière zurichoise Albin-Kistler.

En possession du tiers des actions, les Grangettes se trouveraient en position de force. La coopérative formée par les médecins de la Générale-Beaulieu (SMB) rassemble en effet elle aussi environ 30% des parts, tandis que le reste du capital est plus diffus.

Toutefois, avant de conclure la transaction, les Grangettes tiennent à s’assurer que les actions seront bien inscrites au registre des actionnaires et disposeront des droits sociaux afférents, dont celui de voter au conseil d’administration. Selon nos informations, les Grangettes se contenteraient de 25% des voix.

Refus du CA

Le dernier mot reviendra à l’Assemblée générale des actionnaires, prévue le 30 juin. Mais le conseil d’administration, présidé par le chirurgien esthétique Raphaël Gumener, a d’ores et déjà signifié une fin de non-recevoir aux Grangettes.

Du côté du vendeur des parts, on est moins catégorique. «Le secteur de la santé va au-devant de temps difficiles», affirme Norbert Albin, managing partner chez Albin Kistler. «Dans cette optique, nous sommes favorables aux regroupements, voire aux fusions qui permettent de renforcer les structures.»

Absent du conseil d’administration de la Générale Beaulieu depuis un an, Albin Kistler «n’ira pas à l’encontre des décisions de la clinique», ajoute M. Albin qui précise: «Nous privilégions toujours les luttes pour le développement des entreprises dont nous sommes actionnaires. Le reste, c’est de l’énergie mal dépensée.»

Cette action n’est que la dernière en date visant la clinique des hauts de Champel. En octobre 2015, on apprenait l’échec d’une tentative de fusion avec les Grangettes. En décembre, c’est une offre du Genolier Swiss Medical Network qui avait été déclinée.

Charles-André Aymon

<p>Journaliste</p>

Lui écrire

Observateur toujours étonné et jamais cynique du petit monde genevois, Charles-André Aymon en tire la substantifique - et parfois horrifique - moelle depuis une quinzaine d’années. Tour à tour rédacteur en chef de GHI puis directeur général de Léman Bleu Télévision, il aime avouer à demi-mot n’avoir pas envie de se lancer en politique «parce qu’il ne déteste pas assez les gens». Ce regard mi-amusé, mi-critique permet au lecteur de passer indifféremment du détail au général et ainsi de saisir, même dans les péripéties locales, quelques-unes des ficelles qui meuvent le monde. 

Du même auteur:

Des millions pour des cochons
Les pays émergents rachètent les fleurons de l'économie en Europe

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."