Bilan

Les gouvernements demandent toujours plus de données sur les utilisateurs Google

Google a affirmé que les gouvernements à travers le monde ont fait 40.677 demandes liées à plus de 81.000 comptes d'utilisateurs, entre juillet et décembre 2015.

Les Etats-Unis ont représenté la plus grande part des requêtes gouvernementales, avec 12.523 demandes, suivis de l'Allemagne (7.491), la France (4.174) et la Grande-Bretagne (3.497).

Crédits: AFP

Le nombre de demandes d'informations gouvernementales sur les utilisateurs Google a atteint un nouveau record au second semestre 2015, d'après le géant américain.

Dans son rapport sur la transparence des informations publié lundi, Google a affirmé que les gouvernements à travers le monde ont fait 40.677 demandes liées à plus de 81.000 comptes d'utilisateurs, entre juillet et décembre 2015. Une même demande peut concerner plusieurs comptes.

Durant le premier semestre de 2015, Google a enregistré un peu plus de 35.000 demandes sur presque 69.000 comptes.

"L'usage de nos services augmente tous les ans, donc les demandes d'informations sur les utilisateurs augmentent aussi", a expliqué Google.

Le géant a déclaré avoir remis les données dans 64% des cas.

Les Etats-Unis ont représenté la plus grande part des requêtes gouvernementales, avec 12.523 demandes, suivis de l'Allemagne (7.491), la France (4.174) et la Grande-Bretagne (3.497).

Comme les autres géants du web, Google a souligné que le partage des données se faisait suivant un processus juridique dans les pays où l'entreprise exerce ses activités, tout en cherchant à maintenir la confidentialité de ses utilisateurs.

"Google est fier d'avoir pris les devants en publiant ces rapports, aidant ainsi à faire la lumière sur les lois et les pratiques de surveillance gouvernementale à travers le monde", a déclaré le directeur juridique de Google, Richard Salgado.

Sur son blog, Richard Salgado a assuré qu'un récent accord américano-européen sur la vie privée était une avancée positive car il étend la protection américaine aux citoyens non- Américains.

"Ce changement permet de répondre aux préoccupations sur la capacité des non-Américains à demander répration concernant les données collectées et stockées par le gouvernement en vertu de la loi américaine, a-t-il écrit.

"En effet, les distinctions dans la loi sur la vie privée et la surveillance entre les citoyens américains et non-américains sont de plus en plus obsolètes dans un monde où les communications se passent principalement sur un support global: internet".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."