Bilan

Les égéries stars des marques suisses

Les laboratoires Galderma ont annoncé récemment que Sharon Stone serait la nouvelle égérie de la marque. Les entreprises suisses ont largement recours aux acteurs, chanteurs, sportifs pour promouvoir leurs produits.
  • Sharon Stone est devenue récemment l'égérie des laboratoires suisses Galderma.

    Crédits: Image: Jason Kempin/AFP
  • Très demandé par les marques, George Clooney a déjà signé avec plusieurs entreprises suisses dont Omega et surtout Nespresso.

    Crédits: Image: AFP
  • Depuis quelques mois, Robbie Williams est aussi devenu l'égérie d'une marque de café suisse, Café Royal.

    Crédits: Image: Paul Bergen/AFP
  • Pour promouvoir ses modèles féminins, TAG Heuer a fait appel à Cameron Diaz.

    Crédits: Image: Robyn Beck/AFP
  • Depuis janvier 2015, l'actrice et mannequin Cara Delevingne est sous contrat avec TAG Heuer elle aussi.

    Crédits: Image: Oscar Gonzalez/AFP
  • Ana Ivanovic est sous contrat avec Rolex.

    Crédits: Image: James Marsh/AFP
  • Jean Galfione a été sous contrat avec les laboratoires Weleda, qui mise beaucoup sur les athlètes.

    Crédits: Image: Jean-Sébastien Evrard/AFP
  • Les Rolling Stones sont sous contrat avec Zenith.

    Crédits: Image: AFP
  • L'actrice allemande Diane Kruger est l'égérie de la marque Jaeger-LeCoultre.

    Crédits: Image: Anne-Christine Poujoulat/AFP
  • La skieuse américaine Lindsey Vonn a porté les montres Rolex.

    Crédits: Image: Dennis Van Tine/AFP
  • En 2010, Leonardo DiCaprio avait créé l'événement à Baselworld en venant assister à une présentation TAG Heuer.

    Crédits: Image: Clemens Bilan/AFP
  • Timea Bacsinszki est l'égérie de la banque Cramer.

    Crédits: Image: Miguel Medina/AFP
  • Stanislas Wawrinka a multiplié ses contrats ces dernières années: le Vaudois est notamment l'égérie de la Banque Cantonale Vaudoise, d'Audemars Piguet, de Visilab et de Swiss Education Group.

    Crédits: Image: Mustafa Yalcin/AFP

29 septembre 2001: Sharon Stone est victime d'un AVC et s'en sort presque miraculeusement. Mais le corps médical l'avertit que des séquelles physiques pourraient affecter son visage. «J'ai eu du Restylane filler afin de réparer les séquelles sur mon visage. Cela m'a guérie aussi bien physiquement que psychologiquement, car grâce aux injections, j'ai retrouvé mon visage d'avant. Depuis, j'ai eu du Restylane Skinboosters sur les mains, on dit que les mains trahissent l'âge d'une femme», avoue aujourd'hui la comédienne américaine âgée de 57 ans. Quatorze ans plus tard, elle passe de cliente à égérie: la star hollywoodienne vient de s'engager voici quelques semaines comme égérie des laboratoires Galderma. Et elle le revendique cette semaine dans une interview accordée à nos confrères de Paris Match.

En devenant ambassadrice des produits du laboratoire suisse, Sharon Stone rejoint ainsi George Clooney, Cameron Diaz, Leonardo DiCaprio, Ana Ivanovic, Jean Galfione, Diane Kruger, Usain Bolt, Cara Delevingne, Robbie Williams, Roger Federer, Diana Krall, Lindsey Vonn, Timea Bacsinszky, les Rolling Stones, Stanislas Wawrinka,... Une liste extrêmement longue quasiment impossible à lister intégralement qui peut s'expliquer par certaines caractéristiques spécifiques de l'économie helvétique.

L'horlogerie gourmande en stars

Il faut déjà remarquer que l'immense majorité des stars du cinéma, de la chanson ou du sport sont liées à un secteur bien particulier: l'horlogerie est gourmande en stars, les célébrités sont recrutées à tour de bras pour porter les derniers modèles issus des manufactures de l'arc jurassien ou de Genève afin d'assurer à ces pièces splendides un retentissement mondial. De Leonardo DiCaprio aux joueurs du FC Barcelone, les marques horlogères misent énormément sur leurs ambassadeurs pour promouvoir leurs produits, avec des contrats records à la clef: en 2012, Rolex n'aurait pas hésité à investir 130 à 150 millions de francs en sponsoring (célébrités et événements), Omega 110 à 130 millions, Hublot 50 à 70 millions.

L'excellence de l'industrie horlogère suisse et le fait que sa clientèle soit disséminée à travers le monde pousse les dirigeants des marques à recruter des stars au rayonnement planétaire. Difficile de faire rêver à Taiwan ou en Argentine avec des stars nationales, sous peine de susciter plus d'interrogations que de rêves. Pour être sûr d'atteindre sa cible, il faut viser un visage immédiatement reconnaissable. La marque IWC a même fait une spécialité de ce recrutement de stars ces dernières années, faisant appel Orlando Bloom, Tony Parker, Zinedine Zidane, Aloe Blacc ou Adriana Lima.

Et les marques horlogères profitent de l'aura de ces stars pour créer la sensation lors des grands rendez-vous du secteur, comme lors des présentations ou des soirées de Baselworld ou du SIHH.

Banques, laboratoires et cafés aussi friands de célébrités

Mais ce raisonnement basé sur l'ambition planétaire des marques horlogères est également valable pour les banques, qui ont dans leur viseur des clients internationaux. Appuyer sa communication sur Roger Federer (Credit Suisse), c'est miser sur une image de marque de la Suisse avec lequel le champion de tennis serait en adéquation: classe, succès, réussite, longévité, gentleman,...

D'autres marques suisses sont dans cette même démarche avec un public cible mondial. Dans le domaine des cosmétiques, Weleda a ainsi misé sur des sportifs comme le champion olympique de saut à la perche Jean Galfione. Avec Sharon Stone, Galderma s'inscrit dans la même démarche d'un laboratoire pharmaceutique suisse misant sur une star pour promouvoir ses produits.

Enfin, un nouveau secteur s'est emparé des stars ces dernières années. Loin des images de plantations et de torréfaction, les producteurs de café misent désormais sur les célébrités. Nespresso a engagé le mouvement depuis 2006 avec George Clooney (rejoint épisodiquement par Matt Damon, John Malkovitch ou Jean Dujardin), et Café Royal a emboité le pas ces derniers mois en faisant appel à Robbie Williams. Signe que le café aussi est devenu un produit qui veut faire rêver, à l'instar des cosmétiques ou de l'horlogerie.

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."