Bilan

Les banques cantonales romandes ont résisté au Covid

En 2020, les six établissements romands ont à la fois soutenu les entreprises en difficulté et obtenu des résultats permettant de dégager des bénéfices.

Un an de crise a vu les banques cantonales tirer leur épingle du jeu par rapport à d'autres acteurs de l'économie.

Crédits: Keystone

La crise économique et sanitaire a eu des retombées limitées sur les résultats 2020 des banques cantonales romandes. Leurs communiqués de presse publiés au cours des dernières semaines relèvent le rôle qu’elles ont joué pour soutenir les entreprises. Par exemple, la Banque cantonale de Genève (BCGE) et la Banque cantonale vaudoise (BCV) ont octroyé respectivement quelque 2000 et 6000 crédits Covid pour un montant total d'environ 200 millions de francs et de 700 millions de francs.

A la Banque cantonale neuchâteloise (BCN), ces prêts garantis par la Confédération ont atteint un point culminant à 146 millions de francs à fin août 2020. Ces derniers ont été versés à plus de 300 clients pour 62 millions de francs par la Banque cantonale du Jura (BCJ). De son côté, la Banque cantonale de Fribourg (BCF) indique qu'elle figure parmi les dix instituts suisses les plus actifs avec un volume de crédits Covid de 342 millions de francs.

Hausse des corrections de valeur

Le fort ralentissement économique qui a touché la majorité des entreprises en 2020 a contraint cinq des six établissements romands à procéder à une hausse importante des corrections de valeur pour risque de défaillance et pertes liées aux opérations d'intérêts. Les montants figurant dans le tableau ci-dessous varient naturellement selon la taille des banques.

Au sein de la BCV, la plus grande banque romande, l’augmentation atteint 25 millions de francs. La Banque cantonale du Valais (BCVs) fait exception. A l’inverse de ses homologues, elle enregistre une variation nette positive de ce poste de résultat. La raison? «Une évolution positive de plusieurs dossiers crédits, jumelée avec la récupération d’intérêts compromis», explique son service de presse.

Comme les années précédentes, la demande pour les logements en propriété a été particulièrement vive. La pandémie n’a pas refroidi les ardeurs des Romands comme en témoigne la progression des prêts hypothécaires. Celle-ci est même supérieure à 5% dans les instituts valaisans et jurassiens, mais elle est moins forte à Genève et à Neuchâtel.

Les effets de la crise se sont répercutés sur les bénéfices opérationnels. Toutes les banques enregistrent une baisse de leur résultat. A -1,9%, la BCVs obtient le meilleur résultat. Mais celui-ci ne tient pas compte de la contribution extraordinaire versée à la Caisse de retraite et de prévoyance du personnel.

A l’inverse, la BCGE connaît le plus fort recul sous l’effet conjugué du résultat négatif des aliénations d'immobilisations financières, d’une baisse des produits des participations et d’une hausse du poste autres charges ordinaires.

Au niveau du bénéfice net, quatre banques cantonales publient un gain supérieur à celui de l’exercice précédent: BCGE, BCN, BCF et BCVs. Seules la BCV et la BCJ ne parviennent pas à dépasser les résultats de 2019.

Trois des quatre établissements cotés en bourse (BCV, BCGE, BCVs) ont décidé de maintenir leur dividende à un niveau identique à celui de 2019. En revanche, la BCJ a réduit le montant de 1,85 franc à 1,2 franc. Entièrement en mains de l’Etat, la BCF a annoncé qu’elle versait un montant supplémentaire et extraordinaire de 8 millions de francs pour soutenir les mesures cantonales liées à la pandémie.


Note: les chiffres figurant dans les tableaux sont généralement arrondis à la fraction supérieure ou inférieure, alors que l’évolution en % est indiquée selon les données publiées dans les rapports de gestion.

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix BZ du journalisme local 1991, Prix Jean Dumur 1998, AgroPrix 2005 et 2019.

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."