Bilan

Le projet de fusion Holcim/Lafarge notifié "très bientôt" à Bruxelles

Les deux cimentiers, l'un suisse et l'autre français, espèrent obtenir rapidement le feu vert des autorités de la concurrence pour donner naissance au leader mondial du secteur.

Bruno Lafont, le futur CEO de LafargeHolcim. La prochaine notification signifie que les deux groupes se sont mis d'accord sur les cessions d'actifs auxquelles ils vont procéder en Europe.

Crédits: Keystone

Le PDG du cimentier français Lafarge, Bruno Lafont, a annoncé mercredi que le projet de fusion avec son concurrent Holcim sera "très bientôt" notifié à la Commission européenne (CE), avec l'espoir que Bruxelles donne son feu vert "le plus tôt possible".

"Nous allons notifier Bruxelles très bientôt", a affirmé le PDG à l'occasion d'une audience de la Commission économique de l'Assemblée nationale, consacrée à la fusion annoncée en avril entre les groupes français et suisses pour donner naissance au géant mondial du ciment.

Cette prochaine notification, qui devrait comprendre "un millier de pages", signifie que les deux groupes se sont mis d'accord sur les cessions d'actifs auxquelles ils vont procéder en Europe, afin d'obtenir le feu vert des autorités de la concurrence, a confirmé M. Lafont.

"Avec Holcim, nous considérons qu'à partir du moment où nous notifions, nous avons fini le travail et nous apportons une notification avec des propositions de remèdes", c'est-à-dire de mesures telles que des cessions qui permettront de respecter les règles de la concurrence, a précisé à l'AFP le PDG de Lafarge à la sortie de l'audience.

En juillet, les deux cimentiers ont publié une première liste de désinvestissements. En Europe, Lafarge annonçait ainsi son intention de céder ses activités en Allemagne et en Roumanie, alors qu'Holcim renonçait à la France, à l'exception du Haut-Rhin, et à la Hongrie.

Les deux groupes devaient encore se mettre d'accord sur les cessions dans des pays comme l'Espagne avant de déposer leur dossier à Bruxelles.

Devant la commission parlementaire, M. Lafont s'est montré optimiste sur l'évolution du projet de fusion. "Les choses avancent très bien sur plusieurs plans", a-t-il assuré, convaincu d'avoir de "bonnes chances de réussir" auprès de la Commission européenne.

Concernant les marques d'intérêt manifestées pour la reprise des actifs cédés, M. Lafont n'a pas dévoilé de noms, parlant de l'existence de "grande variété" et de "grand sérieux" pour "une grande variété d'actifs, en totalité ou en partie".

En fusionnant, les deux cimentiers donnent naissance à un colosse du béton qui pèsera 32 milliards d'euros de chiffre d'affaires (avant cessions) et comptera 130.000 salariés.

Les deux géants espèrent boucler l'opération au premier semestre 2015.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."