Bilan

Le PDG d'Alstom garantit à Siemens une procédure "transparente"

Le PDG d'Alstom, Patrick Kron, a garanti lundi à Siemens que la procédure de cession de la branche énergie de son groupe serait "transparente".

Dans un courrier du 29 avril directement adressé à Patrick Kron, PDG d'Alstom, la direction de l'industriel allemand Siemens avait déploré le "manque de coopération" du dirigeant français et avait dénoncé une inégalité de traitement avec le prétendant américain General Electric.

Crédits: AFP

Le PDG d'Alstom, Patrick Kron, a garanti lundi à Siemens que la procédure de cession de la branche énergie de son groupe serait "transparente", lors d'un échange téléphonique avec le patron de l'industriel allemand Joe Kaeser, a-t-on appris de source proche des discussions.

"Ce matin, M. Kron a eu Joe Kaeser au téléphone pour échanger sur la volonté de Siemens de rentrer dans le process" (procédure) d'acquisition, a indiqué cette source, qui a qualifié l'entretien de "cordial".

"Il lui a dit qu'Alstom allait organiser le +process+ de façon rigoureusement transparente, de manière identique à ce qui a prévalu pour General Electric", dont l'offre a obtenu les faveurs du conseil d'administration du fleuron industriel français, a-t-elle ajouté.

Si le fabricant de turbines électriques et de TGV a donné sa préférence à GE, il s'est toutefois réservé le droit de répondre à des offres non sollicitées, comme celle de Siemens, qui est soutenue par le gouvernement français.

Selon cette source, il revient maintenant à Siemens de "constituer ses équipes pour procéder à une +due diligence+", la procédure de vérification approfondie des comptes menée avant toute acquisition.

Le conseil d'administration d'Alstom a jusqu'à la fin mai pour étudier d'éventuelles offres de rachat pour sa branche énergie, avant d'entrer en négociations exclusives avec le candidat mieux disant.

GE propose 12,35 mrd EUR (15 mrd CHF) pour la branche énergie du groupe français.

Siemens a également proposé de racheter ces activités, qu'il évalue dans une fourchette de 10,5 mrd à 11 mrd EUR, en échange notamment de son secteur trains et métro, mais le groupe n'a pas encore déposé d'offre ferme, contrairement à GE.

Dans un courrier du 29 avril directement adressé à Patrick Kron, la direction de l'industriel allemand avait déploré le "manque de coopération" du dirigeant français et avait dénoncé une inégalité de traitement avec le prétendant américain.

Siemens avait dit trois jours plus tôt, dans un autre courrier, vouloir faire une offre sur son concurrent français, mais avait posé comme condition de pouvoir accéder aux données de l'entreprise et de pouvoir s'entretenir avec sa direction pendant une période de quatre semaines.

M. Kron a répondu à ces deux courriers par une lettre adressée Joe Kaeser, dans laquelle il dit s'inscrire "résolument en faux" avec les déclarations de Siemens, selon la source. Il y précise notamment que la proposition de Siemens vaut la peine d'être étudiée plus en avant.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."