Bilan

Le mexicain Angeles lance une OPA sur Espirito Santo Saude

Le groupe Angeles, qui possède des hôpitaux et des pharmacies au Mexique, a déposé une offre publique d'achat valorisant la branche santé de Espirito Santo à 410 millions d'euros.

Espirito Santo Saude, fondé en 2000, est l'un des acteurs majeurs du secteur hospitalier privé au Portugal. Le groupe détient 18 unités comprenant des cliniques, des centres de santé et des résidences pour seniors (ici, un hôpital du groupe à Lisbonne).

Crédits: DR

Le groupe de services de santé mexicain Angeles a déposé mardi soir auprès des autorités boursières portugaises une offre publique d'achat (OPA) sur Espirito Santo Saude (ESS), la branche santé du groupe portugais Espirito Santo.

L'OPA, lancée au prix de 4,30 euros par action, valorise la société portugaise à 410 millions d'euros et marque une étape supplémentaire dans le démantèlement du groupe Espirito Santo.

Le prix d'achat représente une prime de 9% par rapport au prix de 3,94 euros par action affiché mardi en fin d'après-midi à la Bourse de Lisbonne.

Le titre avait été suspendu par les autorités boursières dans l'attente de la publication de l'OPA. Le gendarme de la Bourse portugaise a décidé, mardi soir, de lever la suspension.

Le groupe Angeles, qui possède 28 hôpitaux, des pharmacies et d'autres structures de santé au Mexique, est aussi présent dans le tourisme, la finance et les médias.

Espirito Santo Saude, fondé en 2000, est pour sa part l'un des acteurs majeurs du secteur hospitalier privé au Portugal. Le groupe détient 18 unités comprenant des cliniques, des centres de santé et des résidences pour seniors.

La société avait fait son entrée à la bourse de Lisbonne en février, où son titre a gagné depuis plus de 20%, et avait présenté au premier trimestre de l'année un bénéfice net de 4,6 millions d'euros, en augmentation de 96,6% par rapport à la même période en 2013.

Le groupe de santé est détenu à 51% par Rioforte, une des holdings du groupe Espirito Santo, dans la tourmente depuis près de deux mois, après la découverte d'irrégularités dans les comptes d'une de ses holdings.

Le groupe familial a déjà perdu son joyau, la Banque Espirito Santo (BES), sauvée de la faillite le 3 août par les autorités portugaises au détriment de ses actionnaires, qui n'ont conservé que les actifs toxiques.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."