Bilan

Le français CMA CGM lance une offre de rachat sur Ceva Logistics

Après l'échec des négociations avec le danois DSV, Ceva Logistics a conclu un accord avec l'armateur français CMA CGM, qui est à la fois son actionnaire de référence et partenaire stratégique.

Ceva Logistics doit rester une société indépendante cotée à la Bourse suisse, dotée d'une relation d'affaires "au long cours" avec CMA CGM, selon le communiqué.

Crédits: afp

L'accord annoncé prévoit une offre publique d'achat (OPA) volontaire du groupe marseillais sur les titres Ceva, permettant aux actionnaires qui le souhaitent de se désengager, ont indiqué jeudi les deux entreprises dans un communiqué conjoint. Cette offre intervient après le projet de rachat avorté de Ceva par le danois DSV.

Selon l'accord signé entre les deux partenaires, CMA CGM est prêt à débourser 30 francs par action pour que les "porteurs désireux de céder leurs titres et de ne pas attendre la création de valeur découlant du plan proposé par CMA CGM" puissent le faire. L'offre de rachat devrait être formellement présentée au plus tard le 30 novembre.

Lire aussiLe numéro trois mondial du transport maritime débarque à Genève

Le groupe hexagonal offre ainsi une porte de sortie à l'ensemble des actionnaires, après l'échec de la tentative de rachat par le danois DSV. Mi-octobre, ce dernier avait proposé de débourser 30 francs par action, après le rejet une semaine auparavant d'une précédente offre, pour finalement abandonner. "Face à la réticence du conseil d'administration de Ceva à discuter directement avec DSV du prix par action proposé, nous avons décidé de ne pas poursuivre ce projet d'acquisition", avait déclaré le groupe scandinave dans un communiqué.

Synergies et des économies d'échelle 

Ceva a parallèlement annoncé la reprise des activités logistiques de CMA CGM. Le prix de la transaction doit encore être discuté, ont précisé les deux sociétés dans un communiqué. L'intégration de ces activités augure des synergies et des économies d'échelle solides.

Lire aussiCeva entre en partenariat avec IBM et Maersk sur la blockchain

Plus globalement, le renforcement de la collaboration a également pour objectif d'améliorer la gestion et l'organisation de Ceva, d'accélérer le plan de redressement, de générer de nouvelles opportunités commerciales et de soutenir la mise en oeuvre de la transformation informatique de Ceva. "Notre objectif est d'accompagner la transformation de l'entreprise à travers la mise en oeuvre du plan industriel et permettre ainsi une meilleure valorisation de l'entreprise. Nous sommes convaincus du potentiel de Ceva", a indiqué à AWP un porte-parole de CMA CGM.

Ceva doit rester indépendante

Ceva Logistics doit rester une société indépendante cotée à la Bourse suisse, dotée d'une relation d'affaires "au long cours" avec CMA CGM, selon le communiqué. "Contrairement à l'offre de rachat du danois DSV, nous oeuvrons dans l'idée que Ceva restera indépendante", a confirmé le porte-parole. La participation de la société française dans Ceva, actuellement à un tiers des droits de vote, pourra s'accroître à l'issue de l'OPA. "Il n'y a pas de limite aux nombres d'actions qui peuvent être rachetées dans le cadre de l'OPA (...), mais nous souhaitons conserver un flottant significatif", a expliqué le porte-parole.

Le groupe zougois donnera plus de détails sur ce projet en même temps que la présentation des résultats du troisième trimestre le 13 novembre. Le 11 octobre, l'accord en vertu duquel CMA CGM ne devait pas porter à plus de 24,99% sa participation dans Ceva d'ici le 5 novembre avait été levé avec effet immédiat. Depuis, la société a pu accroître sa participation jusqu'à 33%. L'entreprise s'était engagée sous certaines conditions à ne pas publier durant les six prochains mois d'offre sans la recommandation du conseil d'administration, sauf exception.

Au regard de l'environnement de marché actuel, l'offre est attrayante, note Vontobel. Mais les analystes estiment qu'il y a encore de la valeur à débloquer sur le long terme. Pour Berenberg, il est improbable qu'une contre-offre d'une partie tierce vienne surgir à nouveau, surtout maintenant que les restrictions appliquées à CMA CGM relatives au montant de sa participation ont été annulées. De plus, une offre concurrente devrait être obligatoirement très supérieure aux 30 francs proposés, ce que les analystes considèrent peu plausible.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."