Bilan

Le franc fort continue d'inquiéter les entreprises exportatrices

Même si le franc s'est quelque peu affaibli depuis l'été passé, de nombreuses entreprises exportatrices souffrent toujours de la vigueur de la monnaie helvétique.

Les entreprises escomptent également se protéger en étendant leur présence dans les principaux marchés d'exportation.

Crédits: Keystone

Même si le franc s'est quelque peu affaibli depuis l'été passé, de nombreuses entreprises exportatrices souffrent toujours de la vigueur de la monnaie helvétique. Selon une enquête de Euler Hermes, 96% des firmes sondées indiquent avoir perdu des commandes en raison du phénomène.

Menée conjointement par Euler Hermes et la Haute école spécialisée bernoise, l'étude présentée jeudi révèle que l'impact du franc fort sur les exportations s'est monté à 5,5 milliards de francs. Appelée "Moniteur des risques à l'exportation", l'enquête a été réalisée auprès de plus de 300 sociétés.

Toutefois, cette année, près de la moitié de ce manque à gagner devrait être comblé, dans la mesure où des bénéfices supplémentaires de 2,5 milliards de francs sont attendus. Reste aussi qu'une partie des prévisions émises l'an passé juste après l'abandon du taux plancher liant franc et euro par la Banque nationale suisse ne se sont pas réalisées.

Ainsi, nombre d'entreprises escomptaient alors une vive progression des exportations vers la Chine, les pays du Golfe persique et les Etats-Unis. Si la réalité s'est montrée conforme aux attentes pour les Etats-Unis, cela n'a de loin pas été le cas pour les deux autres régions.

Conséquence du ralentissement de l'économie chinoise, les livraisons vers l'empire du Milieu n'ont pas progressé comme attendu. D'ailleurs le risque de défaut de paiement s'y est accru. Les pays du Golfe ont eux subi de plein fouet l'effondrement des prix du pétrole.

En revanche, les envois des entreprises helvétiques vers les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont progressé. Ceux-ci ont en particulier bénéficié de l'appréciation du dollar et de la livre sterling.

Afin de se prémunir contre les risques à l'exportation, les sociétés interrogées ont recouru pour l'essentiel aux paiements d'avance et aux acomptes, près de trois quarts des exportateurs ayant mis en oeuvre de telles mesures.

Les entreprises escomptent également se protéger en étendant leur présence dans les principaux marchés d'exportation. Elles sont désormais 55% à vouloir procéder de la sorte, contre 48% il y a un an.

La part des sociétés évoquant une réduction de coûts en Suisse en cas d'appréciation du franc est elle restée stable (49%). Celle des entreprises envisageant d'accroître leurs achats à l'étranger a elle très légèrement augmenté, de 52 à 53%.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."