Bilan

Le Brexit profitera-t-il à la Suisse romande?

La promotion économique de Suisse occidentale (le GGBa) cherche à convaincre des entreprises britanniques et étrangères à s’implanter dans notre région.
  • Il n'y aura pas de délocalisations massives, estime l'organe de promotion économique GGBa.

    Crédits: AFP
  • L'organisme de promotion économique de Suisse occidentale est convaincu que le Brexit est une opportunité à ne pas rater.

    Crédits: AFP
  • "La stratégie des entreprises dépendra aussi des baisses d’impôts promises par la Première ministre Theresa May", souligne Thomas Bohn, directeur du GGBa.

  • Avec le Brexit, les incertitudes restent grandes pour les entreprises britanniques.

    Crédits: DR

Depuis que le Royaume-Uni a décidé de quitter l’Union européenne (UE), les Pays-Bas, l’Allemagne ou encore la France ont multiplié les offensives pour séduire les entreprises britanniques. L’objectif est de les convaincre à s’installer sur leur territoire afin qu’elles puissent continuer d’accéder sans aucune entrave au marché unique. Grâce aux accords bilatéraux avec l’UE et à sa stabilité politique, la Suisse possède également un certain nombre d’avantages.

Lire aussi: Brexit: des opportunités en or pour la Suisse

Le GGBa, l’organisme de promotion économique de Suisse occidentale qui regroupe les cantons de Genève, Vaud, Neuchâtel, Fribourg, Berne et du Valais, est convaincu que le Brexit est une opportunité à ne pas rater. «Nous pensons que lorsque les questions fiscales (la 3ème réforme de l’imposition des entreprises, ndlr) et migratoires (la mise en œuvre du vote sur l’immigration de masse, ndlr) seront clarifiées, la Suisse disposera d’un avantage compétitif par rapport au Royaume-Uni, lequel restera dans l’incertitude pendant quelques années. Or, l’incertitude est ce qu’il y a de pire pour une entreprise qui réfléchit à des investissements», constate Thomas Bohn, directeur du GGBa.

Pas de délocalisations massives

Dès l’annonce du résultat du référendum, le GGBa a mené une réflexion sur la stratégie à adopter. D’abord, il a pris contact avec des prospects, principalement aux Etats-Unis où la Suisse est en concurrence avec Londres, et sondé les quatre plus grosses sociétés de conseil de la planète. Thomas Bohn s’est aussi rendu dans la capitale britannique. Il a pu y rencontrer plusieurs dirigeants d’entreprises nationales et étrangères.

Lire aussi: Le Brexit, "la fin d'une Europe ultra-libérale"

«A la suite de ces échanges, j’ai le sentiment qu’il n’y aura pas forcément des délocalisations massives, estime Thomas Bohn. On se dirige plutôt, ajoute-t-il, vers des réorganisations, par exemple sous forme de bi-localisation avec une partie des activités qui restera au Royaume-Uni et une autre qui s’en ira à l’étranger. La stratégie des entreprises dépendra aussi des baisses d’impôts promises par la Première ministre Theresa May.»

Activités de veille renforcées

Le GGBa a donc renforcé ses activités de veille afin d’identifier les sociétés qui pourraient s’installer en Suisse occidentale. «Des discussions sont en cours, mais rien n’a été finalisé pour l’instant», explique Thomas Bohn.

Ce dernier ne souhaite pas s’exprimer sur la stratégie future de son organisation de promotion économique. Il explique néanmoins que le GGBa mène actuellement une analyse des forces et des faiblesses, ainsi que des opportunités et des risques, afin de définir un positionnement clair de la Suisse occidentale pour mettre en œuvre une stratégie appropriée.

 

 

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."