Bilan

Le rêve d’un jardin

Le rêve d’un jardin

« Un Jardin sur la Lagune », 100 ml: 154 francs, 50 ml: 108 francs

Crédits: (Crédits: Dr)

Christine Nagel, parfumeuse de la maison Hermès, était en quête d’un jardin. Au détour d’une lecture, elle découvre l’existence d’un jardin vénitien secret. Un peu comme l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours, tout le monde en parlait, personne ne l’avait visité. Pas découragée, à force de ténacité, elle accède à ce lieu mystérieux, un jour de janvier. Elle y retourne à différentes reprises pour humer les essences, les fleurs qui se développent au gré des saisons. Des muscs blancs, des pittosporums, des lys de madone, du boisé, des senteurs qui attisent son imaginaire. Avec « Un Jardin sur la Lagune » qui complète la collection des Parfums-Jardins, Christine Nagel a transformé un rêve en ode olfactive. « Un Jardin sur la Lagune », 100 ml: 154 francs, 50 ml: 108 francs


(Crédits: Dr)

Un Livre

« Notre besoin de consolation est impossible à rassasier », de Stig Dagerman

La beauté de ce titre. La beauté du texte-testament vif et court de cet auteur, suicidé à 31 ans. L’impossibilité de vivre ou peut-être la lucidité de Stig Dagerman qui décrit si bien les manigances de l’humain pour vivre. Son incapacité à lui trouver un sens. « … Mais le souvenir du miracle de la libération me porte comme une aile vers un but qui me donne le vertige: une consolation qui soit plus qu’une consolation et plus grande qu’une philosophie: c’est-à-dire 


(Crédits: Dr)

Un Objet 

Album « Persona », de Bertrand Belin

Le Breton aux airs juvéniles, à la voix murmurante d’un presque crooner, déclame tout en subtilité et sensualité, ses propres textes, lucides, bizarres, où la poésie et la gourmandise des mots hypnotisent. La langueur musicale brute mariée aux beaux mots perce le monde en sensibilité et étrangeté, sans jouer aux donneurs de leçons ou au faux intello. Bertrand Belin, 5 albums dans les cordes, dégage son élégance nonchalante, retenue et pudique qui rende ses propos purs. Quand on l’aime, c’est pour toujours, on ne sait pas vraiment expliquer pourquoi. Peu importe finalement. L’écouter, c’est entendre les émotions sans grands éclats. Minimaliste et pur.


(Crédits: Dr)

Un Film

A Ghost Story, de David Lowery

Un film plein de grâce, de poésie et de philosophie sur la vie et le temps, sur les traces que nous laissons, matérielles et immatérielles. Peu de discours, la bande-son de Daniel Hart étoffe majestueusement les images. Oubliez tous les films de fantômes redondants et cheap. Ce petit bijou cinématographique où un fantôme aux allures enfantines traîne sa mélancolie dans la maison où il a vécu avec son amoureuse, avec si peu de mots, si peu d’expressions (un drap blanc et deux yeux découpés) dits, dans une épure sublime, son chagrin et ses questionnements. Tout en pureté, il nous touche au tréfonds du cœur. Nous remettant tous face à notre statut d’immortels mortels.


(Crédits: Dr)

Un lieu

Jardin d’Eden à Venise

Un petit pont au-dessus d’un canal, une porte verte, vermoulue comme si Venise détenait les codes du décati merveilleux, ouvre sur le bien nommé Jardin d’Eden. Eden du nom de Frédéric Eden, riche aristocrate anglais qui l’acheta en 1884. Malade, amoureux de Venise, il cherchait un jardin. C’est, dit-on, le plus grand de Venise, protégé, inaccessible au public, le visiter est un privilège rarissime. A marcher entre les branchages, les statues, la pergola, la longue treille sauvage qui court le long de la lagune, les fontaines, on imagine ses vies multiples. A défaut de fouler son sol, on peut lire l’affection de Frédéric Eden pour cet endroit hors du temps, dans un ouvrage « Jardin à Venise » (Actes Sud). Histoire de rêver.

Sarah Jollien-Fardel

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Unique
Ce que veulent les hommes

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."