Bilan

Le Kenya et Genève: le début d’une liaison

Kenya Airways a choisi de faire de Genève sa nouvelle destination. La cité Calvin et Nairobi sont désormais liées par un vol passant par Rome. Pour le CEO, il s’agit d’un pas de plus vers les économies d’échelle.

Kenya Airways opère dans une quarantaine de ville.

Crédits: Björn Strey [CC BY-SA 2.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0)]

Genève-Nairobi, c’est la nouvelle liaison proposée par Kenya Airways. A cette occasion, le CEO de la compagnie aérienne a fait le déplacement via le vol inaugural. Sebastian Mikosz affirme que Genève était une ville bien placée dans la liste des destinations attendues. D’autres devraient ouvrir bientôt. Le patron cite Tel Aviv, en Israël ou encore Pékin en Chine. La relation entre Genève et Nairobi est pour lui une occasion de satisfaire plusieurs clientèles. «Il y a celle gouvernementale, la corporate, mais aussi les touristes».

Prendre le pouls

Dans un premier temps, Kenya Airways devrait faire la liaison Genève-Nairobi quatre fois par semaine, en passant par Rome. «Nous devons d’abord construire le trafic» avance Sebastian Mikosz. Il va par la suite développer les efforts commerciaux pour augmenter la fréquence. Si la compagnie a décidé d’ouvrir cette ligne, c’est qu’elle estime que le jeu en vaut la chandelle. Elle a pris cette décision après différentes simulations et discussions avec les partenaires et agents de voyage sur la fréquence des vols ou encore les prix attendus.

Sebsatian Mikosz. Crédits: Kisenya Jesse [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)]

L’Afrique en général représente un petit marché. «C’est environ 100 millions de passagers par an, soit autant qu’une compagnie low-cost» affirme le CEO de Kenya Airways, qui nuance toutefois: «La croissance s’élève à 5 ou 6%». Comme base, la compagnie peut compter sur la présence de l’Organisation des Nations Unies (ONU) ainsi que de diverses autres ONG à Nairobi.

Aéroport aux normes

Quand à la question de la qualité des infrastructures de Nairobi, le CEO ne se démonte pas. «Il y a l’aspect esthétique et celui sécuritaire» avance-t-il. Or, des vols direct sont opérés de Nairobi à New York, et satisfont donc les normes américaines. L’ouverture prochaine de la liaison avec Israël a également contribué à asseoir la qualité de service. La tenue d’audits externe permet également de s’assurer avec impartialité du service. «Les gouvernements africains sont très sensibles par rapport à la sécurité, il en va de leur crédibilité» rappelle Sebastian Mikosz.

Une situation toujours difficile

Genève devient une destination parmi les 42 que propose Kenya Airways. Plusieurs autres liaisons devraient encore ouvrir. La raison est simple: cela permet de diminuer le coût unitaire. «Les infrastructures des compagnies aériennes coûtent cher» estime Sebastian Mikosz, avant de poursuivre: «le seul moyen de s’en sortir est de jouer sur le volume. De densifier et mieux utiliser les actifs».

Kenya Airways ne s’est pas entièrement remis de la crise de 2017. Les quelques années de pertes de plusieurs centaines de millions ont entraîné des changements au sein de la compagnie. «Nous ne sommes pas encore rentables» note le CEO. D'autant plus que près de 30% des coûts de la compagnies relèvent du fuel. La restructuration est toujours en cours. Surtout, le fait d’ouvrir de nouvelles liaisons devrait permettre à la compagnie de réaliser des économies d’échelle. Reste à voir si la clientèle suisse romande sera séduite par cette offre.

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Bilan vous recommande sur le même sujet

Les derniers Articles Entreprises

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."