Bilan

Le Crea glisse du digital dans ses brevets fédéraux

L’école de marketing digital s’ouvre encore davantage aux examens fédéraux, avec trois nouveaux diplômes cette année.

Le directeur de Crea René Engelmann.

Crédits: Crea

Ce n’est pas nécessairement le genre d’institutions qu’on attendrait sur un créneau aussi traditionnel que le Brevet fédéral. Pourtant, un an après l’ouverture du brevet en communication, l’école Crea, spécialiste du marketing digital à Genève et Lausanne, récidive avec trois nouvelles disciplines: marketing, vente et relations publiques. Malgré la forte compétition entre organismes de formation, le directeur René Engelmann relève une opportunité à saisir: «Nous répondons à une attente de nos entreprises partenaires et nous nous positionnons sur des matières sur lesquelles la concurrence est moins forte que sur les branches techniques. Qui plus est, nous ajoutons au cursus classique notre expertise digitale sanctionnée par un diplôme complémentaire.»

Concrètement, la charge horaire sera étendue - de 330 à plus de 400 heures concentrées sur un an - avec en plus des enseignants expérimentés à la préparation de l’examen classique, des intervenants de Crea. Le programme en communication s’enrichira ainsi de cours sur la publicité en ligne, incluant l’achat d’espaces et la programmatique, tandis que la formation traditionnelle en vente se complètera d’enseignements sur l’e-commerce et les leviers pour générer du trafic sur la toile.

Le brevet fédéral se rajeunit

Frederic Dumonal, responsable des programmes, relève un retour en grâce du brevet fédéral, désormais plus en phase avec son époque: «On constate en premier lieu une évolution du programme mais également des jurés, plus connectés.» Une analyse qui se vérifie aussi, selon Frederic Dumonal, au travers de l’âge moyen des nouvelles volées: «De plus en plus de jeunes, au bénéfice d’un CFC et tout juste deux ans d’expérience, s’inscrivent alors qu’auparavant on voyait davantage de candidats plus expérimentés, des professionnels plus seniors. Ce regain d’intérêt démontre un rajeunissement de l’image du brevet.»

Joan Plancade
Joan Plancade

JOURNALISTE

Lui écrire

Diplômé du master en management de l’Ecole supérieure de Commerce de Nantes, Joan a exercé pendant sept ans dans le domaine du recrutement, auprès de plusieurs agences de placement en France et en Suisse romande. Collaborateur externe pour Bilan, Il travaille en particulier sur des sujets liés à l’entreprise, l’innovation et l’actualité économique.

Du même auteur:

Les sociétés de conseil rivalisent avec l’IMD
Comment la sécurité se déploie aux frontières entre la France et la Suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."